La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Une voix entêtée

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Franck Mannoni

Incapable de vivre seul et incapable de vivre en société, le narrateur de cette histoire de fou, au sens propre de l’expression, ne pouvait que sombrer dans la psychose. Éric Bénier-Bürckel s’attelle donc à cette tâche, emmenant dans son aventure psychologique le lecteur, spectateur impuissant d’un délire schizophrène savamment orchestré. Architecte de la déconstruction, Éric Bénier-Bürckel s’emploie à morceler la personnalité de son sujet. Simple asocial au début du récit, il devient assez rapidement une sorte d’ermite paranoïaque : « J’ai l’impression d’être un gaz. Un feu follet engendré par un tas de fumier qui pourrit quelque part dans mes bas-fonds ». Une fois engagée, la chute est sans fin : « Venir au monde, c’est venir au bagne, rien d’autre que vivre et mourir comme un bagnard (…). Ma seule liberté, c’est de pouvoir me détruire ». Lui qui se croit clairvoyant croise à l’envi des aveugles qui viennent lui rappeler sa cécité psychique. Chaque frustration l’enfonce un peu plus. Assailli par ses démons, personnifiés par des passants agressifs, il s’entend dire ses quatre vérités : « Tout ce que tu vis et penses s’inscrit dans ce projet abject et insensé de vengeance perpétuelle. ». Éric Bénier-Bürckel donne alors son estocade finale dans ce qui constitue l’un des morceaux de bravoure du livre. Au plus fort de son délire, le héros semble se dédoubler et multiplier les niveaux d’interprétation, qu’il explore les uns après les autres. Perdu, plus rien ne le contient, plus rien ne le limite. Il converse avec ce vieillard « seul dans le noir, immobile, assis dans un placard, couvert de vermines, affamé, les yeux grands ouverts, des hameçons accrochés aux paupières », à moins qu’il ne s’agisse de son propre reflet… Plus qu’un exercice de style, Maniac est une œuvre de composition implacable : « On tourne en rond, c’est bon signe. Il faut tourner en rond, c’est la clé ».

Maniac
Éric Bénier-Bürckel
Flammarion
341 pages, 18

Une voix entêtée Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4,00 €