La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La part maudite

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Catherine Dupérou

Les Boxeurs/L’Horloge

Pierre Bourgeade a une réputation d’écrivain sulfureux. Très en vogue dans les années 70, il avait rencontré Pierre Molinier dans sa chambre bordelaise, et s’inscrivait en 1966, avec Les Immortelles, dans une lignée post-bataillienne. Promis à une belle carrière, lui dont Georges Lambrichs signa l’engagement chez Gallimard, et qui frôla le Goncourt en 1983 avec Les Serpents, sut se dégager du système.
Écrivain prolixe, il est capable du meilleur (Les Âmes juives, Tristram) comme du pire (L’Autre Face, Arléa). Ces écrits n’attendent pas le 8 mars pour célébrer la femme. Femmes-objets, exhibitionnistes, ce sont des êtres hybrides, explorant avec fureur les expériences limites, éreintant leur existence dans les gouffres d’un érotisme sadomasochiste. Dans Les Boxeurs, courtes variations sur le thème de la boxe, l’écriture aurait pu être percutante, et reste néanmoins anecdotique. La boxe, entre muscles, sueur et sang, mène à la rencontre de femmes dont les attributs relèvent d’un bestiaire S.M. : « pouliche », « chienne », « grosse vache » et autres métaphores velues. Ici, entre ring et sauteries bourgeoisantes, la chair est triste et passablement avariée. Explorateur insatiable des tréfonds de l’âme humaine, Pierre Bourgeade n’en remonte hélas que quelques perles sans éclat. L’Horloge, conte fantastique où des Bouvard et Pécuchet praguois voient leur emploi du temps tyrannisé par une horloge parlante aux courbes féminines, pointe un autre versant de l’écriture de Bourgeade, nettement plus efficace.
Paraissent aussi chez Gallimard, des entretiens salutaires de l’écrivain du mal avec ses éditeurs de Tristram. On y revient sur ses 19 articles dans Combat contre la grâce de Touvier par Pompidou. Sur son opposition « aux avatars de la littérature abstraite, nue, gratuite, pour le dire en un mot : réactionnaire » de Sollers, alors pape de Tel Quel et désormais directeur de…l’Infini.

Pierre Bourgeade
Les Boxeurs/L’Horloge
Tristram
255 pages, 20
L’Objet humain
entretiens avec Sylvie Martigny
et Jean-Hubert Gailliot
Gallimard/L’Infini
190 pages, 15

La part maudite Par Catherine Dupérou
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €