La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les eaux secrètes

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Thierry Cecille

La Barque le soir

L’homme est. Il fait face, « avec un désir aveugle d’être là. » Seul. « Il y a loin jusqu’au prochain », toujours. Il regarde, il touche, il sent. En face, les éléments du monde : la pierre, le fleuve, la neige, la montagne, le marécage -et les animaux, qui pensent, qui savent, eux, peut-être. L’homme se tient en face, puis s’approche discrètement, ou se heurte violemment. « On essaie de participer à tout ce qu’il faut » car tout est « avertissement muet ». C’est ce que disait Rilke, à sa manière : « Et tout était mission ». Pour Vesaas aussi, ce qui importe c’est de coïncider, ne fût-ce qu’une seconde, avec ce que la matière montre, ou provoque. L’homme se parle, en lui, face à tout cela qui vit et se métamorphose, c’est un long monologue intérieur, des litanies de phrases lourdes, mots-blocs, phrases-murs -et parfois un cri : « Dis quelque chose, bouche », lance-t-il aux pierres chaudes. Les humains sont rares : il y a une possible fiancée qui, embrassant, ne sait ce qu’elle embrasse, il y a cinq soldats gisant que la pluie vient laver et alors « les visages anéantis brillent » -ou bien, dans la scène inaugurale de ce poème autobiographique, de ces Mémoires de visions ressurgies, le père. Bloc lui aussi, au secret tu, impérieux et retenu. « S’aiment-ils. Oui. Beaucoup de signes de ça. Mais étrangers l’un à l’autre. Sais pas. »
Il faut, pour entrer en ces pages, une lecture lente et attentive, patiente et recueillie, mot à mot, pas à pas, goutte à goutte. Il faudrait, pour ici s’approcher au plus près, pour démêler l’usage des allégories et le mystère des métaphores, la méthode de Bachelard ou la critique sensualiste de Jean-Pierre Richard. Le traducteur-préfacier nous présente Vesaas comme un des deux ou trois plus grands écrivains norvégiens du XXe siècle, et ce livre (paru en 1968 - Vessas mourra en 1970) comme son « ultime quête » -mais il est surtout célèbre comme romancier, et l’on ne peut qu’éprouver alors une irrésistible curiosité envers ces romans, à l’issue, ici, d’une telle expérience des pouvoirs de l’écriture.

La Barque le soir
Tarjei Vesaas
Traduit du néo-norvégien
par Régis Boyer
José Corti
194 pages, 15,50

Les eaux secrètes Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €