La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Voyage intérieur

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Thierry Cecille

Le Monde est semblable à la Bibliothèque, la Bibliothèque imaginaire (à l’image du Musée imaginaire de Malraux) et personnelle est le Monde. L’Hôtel Nomade que rejoint, au soir, Cees Nooteboom, et qu’il quitte au matin, pourrait aussi bien avoir pour enseigne Babel. Babel des langues et des visages, mythe de l’unité vécue puis perdue, c’est ce que le voyage -comme la lecture- arpente et construit tout à la fois. Dans le « palais de la mémoire » (Saint Augustin), Nooteboom voit s’allumer paysages, rencontres, objets d’un quotidien enfoui ; il tente de les attraper, de les cerner avant que l’oubli ne parvienne à les éteindre tout à fait. Ressurgissent : les échos de pas humains dans Venise au crépuscule, les chambres hasardeuses ou idylliques, avec les secrets dont « sont auréolés » les mystérieux voisins d’une nuit, Mantoue dans le brouillard des siècles, les trente-trois temples japonais du pèlerinage de Saigoku-Kannon… Comme chez Bouvier ou Lacarrière, le voyage est une ascèse et une extase : on se transporte autant que l’on se perd de vue, toujours « au cœur du cyclone », regard en arrêt au milieu du flux des êtres et des événements et il faut s’efforcer « d’encercler de mots les choses vues ». On recourt alors à l’humour léger, à l’ironie discrète envers soi et autrui, à l’aphorisme, au don borgésien de l’adjectif surprenant et adéquat -et à une mélancolie un peu teintée d’angoisse face aux « archives intérieures » dont la quasi totalité disparaîtra avec notre mort. Que deviendront alors toutes les images que nous avons engrangées ? « À quoi bon cette surabondance ? Aurait-on pu faire moins ? » Un peintre du siècle d’or hollandais tente de sauver de l’abîme un citron, des huîtres ou un hareng, les albums familiaux de photographies conservent des fragments de « la saga des possibilités humaines » -et Proust, comme Nooteboom ici, construit, avec la réalité qu’il a traversée, une seconde réalité, impérissable celle-là- du moins tant qu’il y aura encore un lecteur

Hôtel Nomade
Cees Nooteboom
Traduit du néerlandais par Philippe Noble
Actes Sud - 285 pages, 22

Voyage intérieur Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4,00 €