La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Fruits défendus

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Malika Person

Voici un poème de la littérature enfantine anglaise du XIXe siècle encore inédit en France. Un pari risqué pour un texte qui pourrait paraître pour les jeunes lecteurs d’aujourd’hui désuet, voire parfois difficile d’accès en raison des mythologies anglo-saxonnes auxquelles il se réfère.
Avec Marché Gobelin, c’est un troublant poème que Christina Rossetti, sœur du poète et peintre Dante Gabriel Rossetti, a publié en 1862, en pleine Angleterre victorienne. Troublant par son contenu, cet avertissement à la tentation (sexuelle) représentée par les gobelins, des créatures maléfiques, est également un éloge de l’amour (sensuel) rédempteur entre deux sœurs, Laura et Lizzie. Troublant aussi par sa forme, ce poème n’obéit en apparence à aucune règle métrique. Faisant le choix d’une tonalité assez éclatante, la traductrice Marianne Tomi actualise les sonorités du texte. Jouant par exemple le rapprochement de substantifs modernes et archaïques, elle crée un effet sonore évoquant les formulettes ou autres ritournelles enfantines sur des vers courts, pour suggérer la tentation, le désir : « marchand cinglant-le-vent la pressa/ d’un ton sirupeux et mielleux,/ minois de chat ronronna,/ trottine-comme-un-rat salua,/ ainsi que lambin-limaçon ». Traduisant la tournure dramatique des événements (transgression, mélancolie, douleur du renoncement), elle conserve le style lyrique des vers plus amples, et le rythme ralentit : « Laura rêvait melons, pareille au voyageur / qui voit de feintes vagues dans l’aride désert/ à l’ombre d’arbres couronnés de feuilles/ et brûle encore plus fort dans la brise de sable. » Initialement chant poétique à la gloire de la vertu préservée, Marché Gobelin devient alors un poème ivre, renforcé par les pages monochromes et la typographie lie-de-vin, étrange objet littéraire un peu malmené entre l’archaïsme de son écriture et la modernité de sa traduction.

Marché Gobelin
Christina Rossetti
Traduit de l’anglais par Marianne Tomi
Gravures de Anne-Laure Sacriste
MeMo - 64 pages, 18

Fruits défendus Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6.50 €
LMDA PDF n°45
4.00 €