La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire Actif globe-writer

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Thierry Guichard

Un meeting international, deux livres collectifs, un numéro de Meet et, en janvier, un roman : Patrick Deville est sur le pont.

Écrivain et voyageur, Patrick Deville lance à Saint-Nazaire une manifestation dont le nom symbolise son parcours : rencontrer, rassembler et donner à voir quelque chose de notre monde. « Meeting » rassemble des écrivains venus de partout.
Né en 1957, Patrick Deville a grandi en hôpital psychiatrique. Son père, en effet, travaille à l’asile qui borde l’estuaire de la Loire, face au pont de Saint-Nazaire. Réticent à évoquer sa vie, l’écrivain glisse sur une enfance dont témoignerait, s’il parlait, le porche de l’ancien lazaret pour marins infestés. Après une maîtrise de littérature obtenue à l’Université de Nantes, le futur écrivain fait un stage au ministère des Affaires étrangères. Il y apprend l’arabe, « la civilisation qui me passionnait le plus » et l’on ne peut s’empêcher de penser qu’il se préparait à une carrière d’espion, veste Versace croisée sur un joujou qui vous endort la garde rapprochée d’un mafieux terroriste…
Envoyé dans les ambassades du Moyen-Orient comme attaché culturel ou courrier de cabinet (voir La Femme parfaite), il passe les années 80 à 86 dans les ambassades et les palaces, accoudé, imagine-t-on, aux comptoirs des aéroports et des grands hôtels (avec dans une poche de la veste Versace : de la lecture). Son premier poste le propulse dans la chaleur étouffante du sultanat d’Oman. Cinquante degrés et « rien à foutre. Mon activité principale, c’était écrire. » Il s’engage dans la philosophie, fait des exercices d’écriture à base de contraintes.
D’ambassade en ambassade, il finit par se retrouver sur le continent africain, au Nigeria puis à Alger. En 1986, il a son CAPES de philo, « la voie royale pour écrire ». D’Alger où il résidera jusqu’en 1988, il envoie le manuscrit de Cordon-bleu à son ami Jean-Philippe Toussaint qui le donne à Minuit. Et ce premier roman est publié en 1987. L’année suivante, Patrick Deville quitte l’Éducation nationale, voyage à l’étranger, bénéficie de quelques résidences d’écriture, devient père de famille… Il apprend l’espagnol et crée un prix littéraire latino-américain qui lui donne l’occasion de sillonner l’Amérique latine. L’homme souffle une fumée de cigare sur la période qui suit. On le perd un peu (les espions savent disparaître) mais il refait surface, en 1996 à Saint-Nazaire où il rejoint l’équipe de la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs pour y créer la revue Meet avec le soutien d’une marque prestigieuse de stylos. Il aura entre-temps publié, chez Minuit, Longue Vue (1988), Le Feu d’artifice (1992) et La Femme parfaite (1995). Directeur littéraire de la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs depuis 2001, il sollicite des auteurs du monde entier, en accueille en résidence au Building qui surplombe le port de Saint-Nazaire, publie des livres bilingues. Une activité de fraternité internationale qui trouve un point d’orgue aujourd’hui avec « Meeting ». Y seront présentés le dernier numéro de la revue, un ouvrage collectif sur l’idée de Lecteur idéal autour de quoi deux débats auront lieu et un autre livre, magnifique, sur le Queen Mary II dont la silhouette majestueuse domine la ville. Un hommage sera rendu à Derek Walcott, et Cuba étant à l’honneur, la nuit les mojitos enchanteront l’imaginaire.

* Meeting : les 21, 22, 23 novembre à Saint-Nazaire et Nantes
Avec M. Bey, A. Manguel, P. Michon, J. M. Fajardo, B. Mefti, K. Suárez, L. Padura, J.-B. Para, J. Rolin,
O. Rolin, C. Cortés, E. Carey, P. Deville, J. C. Mondragón, C. Watson, B. Biger, M.-C. Barrault rens. 02.40.66.63.20 ou meet@claranet.fr

Actif globe-writer Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.
LMDA PDF n°48
4.00 €