La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le silence des agneaux

novembre 2003 | Le Matricule des Anges n°48 | par Anne Riera

Le Monde m’était promis

Le pays n’est jamais cité, il est pourtant de ceux dont on souhaiterait qu’il n’ait jamais existé, dévasté par une guerre fratricide, les Casques bleus impuissants, à cheval sur le fil de la haine. De part et d’autre d’une colline, trois personnages murés dans leur solitude, le cœur et l’âme désertés. Trois monologues qui alternent en de courts chapitres. Une femme, pauvre lambeau de chair tuméfié, labouré. « La guerre a fait de nous des armes à retardement. Le plus fort a semé dans nos ventres des enfants qui finiront de nous tuer, plus tard. » Dans la ferme, en face, un homme. Le violeur, l’assassin, le vaincu, « la honte du monde ». Ils ont grandi côte à côte, couru dans les mêmes blés ; aujourd’hui, ils ne se nomment même plus. D’un côté les « rats », de l’autre les « porcs ». Côte à côte encore, unis désormais par la haine et le silence, cette nouvelle « façon de vivre en communauté », entre communautés et à l’intérieur même des familles qui ont explosé. Entre eux, un jeune médecin gallois qui cherche à comprendre. Il incarne un sentimentalisme occidental mâtiné d’ignorance et d’un soupçon d’arrogance. Mais, ici, nul ne saurait rester longtemps innocent. Pas même, et surtout, un Casque bleu. Dans ce deuxième roman, Jean-Louis Serrano continue sa lente exploration de la folie des hommes. Enfermés dans un huis clos à l’échelle d’un pays tout entier, ils cherchent en vain une issue autre que la mort. Il faut reconstruire le pont sur la Drina.

Le Monde m’était promis de Jean-Louis Serrano
Éditions de L’Aube, 224 pages, 18

Le silence des agneaux Par Anne Riera
Le Matricule des Anges n°48 , novembre 2003.