La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Pensée automne/hiver

janvier 2004 | Le Matricule des Anges n°49 | par Ludovic Bablon

Conférence N°17

Le travail (II)

Tous les six mois l’émerveillement philosophique ? La Conférence des grands esprits fait entendre, apparemment, le même agréable murmure de la pensée et de l’écriture en automne qu’au printemps.
Pièce maîtresse de ce second volume consacré au Travail, le long et passionnant essai de Sophie Iturralde, vraie philosophe de la cité, analyse au plus près les conditions réelles du travail, que tant d’idéalistes des mains crasseuses des autres passaient sous silence : « place dans la hiérarchie, types de gestes, de procédés ou de tâches, type d’engagement de la personne, de sa pensée et de son corps ». À l’opposé des philosophes (marxiens, hégéliens) qui voient dans le travail l’essence de l’homme (« d’un côté un discours de valorisation sans nuances, de l’autre une indifférence complète à l’égard de sa réalité d’expérience »), Iturralde montre comment au contraire les victimes du travail industriel qui blesse et tue corps et esprit conjointement se font une humanité et une identité contre les souffrances de l’atelier, de l’usine et de l’entreprise, dans leurs marges et dans leurs pauses. Un essai de et un entretien avec le « philosophe de l’occasion » Günthers Anders poursuivent la réflexion en développant des analyses des conditions de production modernes : automatisation, chômage structurel, machinisme…
Sérieuse avec son temps, et digne, la revue fait paraître la traduction d’un entretien avec Romano Prodi, président de la Commission européenne, qui explique avec une grande ampleur de vues les enjeux du projet de constitution européenne Pénélope, qui veut faire de l’Union « un sujet politique crédible et actif, porteur même à l’extérieur de ses frontières des valeurs de paix, de multilatéralisme, de solidarité et de sécurité. »
On reste en Italie avec un essai du musicien Luigi Nono, qui expose ses recherches musicales novatrices et sa rencontre avec l’informatique dans un studio de Freibourg ; avec Pétrarque qui nous parle d’otium et de studium, tout ce qu’on aime ; enfin avec Mario Praz qui se lance dans des évocations de voyageur aquarelliste : « Dans l’après-midi, à marée basse, derrière les parasols vert clair du bar, je vois des silhouettes de cavaliers et d’amazones longeant une mer d’argent pâle. » Un « dolce stil nuovo », un style vieux si charmant !
Ailleurs dans la section des Traductions de textes anciens, on retrouvera un sermon partiellement inédit de Saint Augustin, de jolis petits poèmes d’Hildegarde de Bingen, et en fin de volume, on lira avec le même plaisir que l’autre fois la suite des lettres inédites de Rachel Bespaloff à Boris de Schloezer, période 1947-1949.
En fait, avec Conférence, revue européenne et humaniste conduite par Christophe Carraud, c’est tous les six mois l’émerveillement tout court.

Conférence N°17 572 pages, 23
(25, rue des Moines 77100 Meaux)

Pensée automne/hiver Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°49 , janvier 2004.