La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Une rue accueillante

janvier 2004 | Le Matricule des Anges n°49 | par Dominique Aussenac

Rue Saint Ambroise N°12

Il y a dans la revue de création littéraire (trimestrielle) Rue Saint Ambroise un souci de faire simple, de ne pas parasiter inutilement les textes de fiction proposés. Pas d’édito, pas de thème apparent, pas d’illustration, un bref sommaire, seuls en fin d’ouvrage des repères bibliographiques assurent le suivi des onze auteurs. Parmi eux, deux ont choisi de travailler sur la langue, soit en déstructurant peu à peu mots et phrases comme François Léonarte dans Père/fils/pute, soit en se jouant joliment du langage à l’instar de Jacques Barbaut et son Historiette en sept saynètes. « Il commença sa pénible carrière par un banal étranglement ça se conclut par un déchaînement de rage à déchiqueter. De la serrer à lacérer ». Si les autres auteurs proposent des écritures plus conventionnelles, certains ont choisi de privilégier l’inversion. Inversion du sens chez Sébastien Doubinsky, dans son très fin Gai, gai, marions-les où un couple qui se donne rendez-vous pour se séparer, se retrouve entouré de joyeux fêtards qui les obligent à s’embrasser ou encore chez Gérard Merveille et son Dernier appel dans lequel un type prend deux stoppeurs dans sa voiture. Ceux-ci l’agressent, lui, leur demande de le trucider. Enfin, inversion du conte pour l’excellent Les Nains d’Isabelle Sojfer où une calamiteuse jeune fugueuse squatte chez des êtres de petite taille.

Rue Saint Ambroise N°12 135 pages, 8 (7 bis, rue Saint-Ambroise, 75011 Paris)

Une rue accueillante Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°49 , janvier 2004.