La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Bagdad blessure

janvier 2004 | Le Matricule des Anges n°49 | par Dominique Aussenac

Le Cimetière des oiseaux (suivi de) Bagdad mon amour

Il y aura bientôt trente ans que Salah Al Hamdani vit en exil en France. Il a quitté l’Irak, après un séjour en prison et continue à se battre sans relâche contre les sbires de Saddam Hussein et les nouveaux occupants anglo-américains. Al Hamdani a de la créativité et de l’énergie à revendre tant il se démultiplie sur le front artistique. Acteur, il a joué le rôle d’Enkidou dans Gilgamesh, l’épopée sumérienne ainsi que dans des pièces de Copi. Il est aussi metteur en scène, poète, créateur de deux revues de poésie Craie (1980), Havres (1982) et auteur de plusieurs ouvrages en français et en arabe. Son dernier livre présente trois parties, un recueil de nouvelles Les Cimetières des oiseaux, un recueil de récits La Traversée et de poèmes Bagdad mon amour. Ses écrits au lyrisme sobre évoquent la solitude, les persécutions, une enfance et une adolescence brutale, douloureuse et bien sûr le déracinement et la nostalgie de Bagdad. La très sensible et haletante nouvelle « Le Quarante-quatre » décrit un être complètement démuni qui débarque d’Irak, se retrouve dans le métro parisien avec un papier présentant une adresse dans une langue qu’il ne comprend pas. D’explications inaudibles en hypothétiques déductions agrémentées d’énormément de chance, l’exilé finit par trouver l’homme qu’il cherche. « Comment être joyeux lorsqu’on est giflé par la détresse ? »

Le Cimetière des oiseaux (suivi de) Bagdad mon amour de Salah Al Hamdani
Traduit de l’arabe avec Isabelle Magny
Éditions de l’Aube, 235 pages, 20

Bagdad blessure Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°49 , janvier 2004.
LMDA PDF n°49
4.00 €