La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Le point sans maître

février 2004 | Le Matricule des Anges n°50 | par Éric Dussert

Le Treizième signe

Ancien élève des Arts déco, Xavier Dandoy aurait tout aussi bien pu suivre les cours de l’école Estienne où sont formés les typographes français. Déjà connu des lecteurs de Luc Dietrich et de René Daumal pour ses éditions à l’enseigne de l’Éolienne, il signe un petit traité typographique très plaisant consacré aux signes de la ponctuation ancienne et moderne. Jonglant avec une maquette colorée et extravagante, Xavier Dandoy rappelle l’histoire des douze signes usuels ([ :.![…, etc. et s’inspire des inventions telles que le « point de poésie » (J. Blaine), le « trait de pensée » que l’on retrouve chez Arno Schmidt ou les « … » déjà présents chez Paul de Kock Céline n’a pas tout inventé pour proposer la « bifurcation », le « contrefort » et même la « virgule flottante ». Néanmoins, sa préférence va au «  ! » trafiqué. Attention, il ne s’agit pas d’un point d’exclamation standard, étique échalas d’usage courant, mais du « point d’ironie » (non reproduisible ici) inventé par le poète Alcanter de Brahm (Marcel Bernhardt, 1868-1942).
Si l’on ajoute les noms de El Lissitzky, Maurice Roche, Henri Pichette, Raoul Hausmann, Hervé Bazin ou Jean-François Bory, on voit à quel point la ponctuation passionne. N’oublions pas non plus les « typoèmes » de Jérôme Peignot ou les « types aux graphies » de David Lee Fong qui rappellent cette autre curiosité que sont les poèmes exclusivement composés de signes typographiques. Leur prototype apparaît dès L’Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux de Charles Nodier (1830) et pourrait bien encore faire des émules après André Martel. Les voies de la typographie sont insondables…

Le Treizième Signe
Xavier Dandoy
À hélice/Éolienne
(6-8, rue Vulpian 75013 Paris)
78 pages, 17

Le point sans maître Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°50 , février 2004.
LMDA papier n°50
6.50 €
LMDA PDF n°50
4.00 €