La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres De l’art et du cochon

février 2004 | Le Matricule des Anges n°50 | par Catherine Dupérou

Le Dada pour cochons

Paul van Ostaijen (1896-1928) fait, dans le panorama des avant-gardes littéraires du XXe siècle, figure d’exception. Ardent défenseur de l’émancipation flamande, il écrit en néerlandais, cette langue rugueuse comparée au grognement du cochon par un primat belge (donc wallon), qu’il attaqua ouvertement ; ce qui lui valut trois ans de prison. Très tôt, Ostaijen s’intéresse aux courants littéraires et artistiques novateurs qui naissent autour de la Grande Guerre. En 1914, il publie ses premiers poèmes à Anvers. Résolument pacifiste, il est poursuivi par la justice et part à Berlin en 1918. A l’exception d’un recueil posthume, Nomenclature (Farrago, 2001), cette anthologie grand format réunit pour la première fois en français, et dans la mise en scène typographique originale de l’auteur, ses recueils berlinois Fêtes d’angoisse et de peine et Ville occupée, des poèmes posthumes, et Jazz-banqueroute, un scénario. À la croisée de plusieurs influences, s’inspirant autant des expériences dadaïstes qu’expressionnistes, futuristes et cubistes, qu’elle contribuera à faire connaître en Flandres, l’œuvre de Paul van Ostaijen est inclassable, ce qui a contribué à son oubli par une histoire littéraire peu encline à encenser les irréguliers. Entre les scènes carnavalesques et criardes de James Ensor et les pirouettes grotesques de Max Jacob, la poésie de Paul van Ostaijen résonne d’une inventivité aux accents de fanfares et dessine sur le crépuscule de l’Europe guerrière « la concentrique croissance du coloriage vespéral ». Mort à 32 ans, il aura été aussi le premier traducteur de Kafka.

Le Dada pour cochons de Paul van Ostaijen
Traduit du néerlandais par Jan H. Myskin et Pierre Gallissaires, Textuel, 141 pages, 35

De l’art et du cochon Par Catherine Dupérou
Le Matricule des Anges n°50 , février 2004.
LMDA papier n°50
6,50 €
LMDA PDF n°50
4,00 €