La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La mort de la Jonconde

mars 2004 | Le Matricule des Anges n°51 | par Thierry Cecille

La Joconde et Si-Ya-Ou

Poursuivant avec une admirable fidélité leur entreprise de résurrection (voir Lmda N°42), les Éditions Parangon publient aujourd’hui le premier long poème de Nâzim Hikmet. Nous sommes en 1928 : Hikmet revient de Moscou, où le futurisme et l’acméisme, Malevitch, Maïakovski et la féministe Alexandra Kollontaï avaient encore pour peu de temps droit de cité. En Turquie l’attend la prison : enfermé pour la première fois (et non pour la dernière…) à Hopa, sur les bords de la mer Noire, Hikmet s’échappe et s’envole avec les mots, vers un Paris qu’il rêve, et la Joconde qui se meurt d’ennui au Louvre : « Prison du passé ce musée/ me pèse si lourdement/ que la peinture à l’huile s’écaille sur mon visage. » Elle décide alors de « tenir un carnet de notes ». Vient un Chinois, Si-Ya-Ou : « aujourd’hui mon Chinois/ s’est immobilisé/ dans mes prunelles » mais le fascisme rôde, à Paris les chômeurs se jettent à la Seine, et en Chine la Révolution s’éveille. La Joconde s’envolera pour rejoindre Si-Ya-Ou et périra avec lui, victime de Tchang Kaï-Chek. Hikmet ébauche ici, avec une sorte de réjouissante ingénuité, ce mélange, qui lui sera propre, de prosaïsme fantasque et de lyrisme charnel : les métaphores éclatent, surprenantes et justes et, lorsque roule à terre la tête de Si-Ya-Ou, « la Joconde florentine perdit/ son sourire plus célèbre que Florence encore. »

La Joconde et Si-Ya-Ou de Nâzim Hikmet
Traduit du turc, présenté et illustré par
Abidine Dino, Éditions Parangon, 80 p., 6

La mort de la Jonconde Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°51 , mars 2004.
LMDA PDF n°51
4.00 €