La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’anaristo courtisé

mars 2004 | Le Matricule des Anges n°51 | par Éric Dussert

Vous n’êtes que des poires ! ", c’est sur ce registre franc que Zo d’Axa se fit une réputation. Mais il avait commencé tôt en enlevant lors de sa désertion la fiancée de son capitaine. Aristocrate (comme Kropotkine), duelliste hors pair, trimardeur, le journaliste et pamphlétaire Zo d’Axa (Alphonse Gallaud dit) fut un remarquable animateur de la communauté anarchiste. Après avoir hésité entre royalisme et anarchisme, il opta pour la (bonne) Cause et mit à son service ses journaux L’Endehors (1891-1893) et La Feuille (1877-1879) qui réunirent le gratin de l’époque depuis Octave Mirbeau jusqu’à Saint-Pol-Roux et des illustrateurs fameux tels que Steinlein, Willette, Léandre ou Maximilien Luce.
Trop hagiographique, la biographie de ce chevalier errant à la barbe rousse par Alexandre Najjar laisse néanmoins à désirer. Et puis on est fondé à s’étonner car Philippe Oriol, le spécialiste de l’anarchisme français de cette époque avait préalablement pondu avec Jean-Jacques Lefrère, directeur d’Histoires littéraires, un manuscrit sur le même sujet. Il est certain que ces deux historiens qui connaissent leur sujet mais aussi l’environnement de Zo d’Axa auraient fourni un document non seulement plus riche mais également plus fiable. En attendant de voir un jour paraître leur ours, il serait peut-être intéressant de jeter un œil à la réimpression de La Feuille de Zo d’Axa (Du Lérot, 2001) et de lire une biographie indiscutable, celle de Bernard Lazare par Philippe Oriol (Stock, 400 pages, 22 ).

Le Dernier mousquetaire,
Zo d’Axa (1864-1930)

Alexandre Najjar
Balland
200 pages, 17

L’anaristo courtisé Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°51 , mars 2004.
LMDA PDF n°51
4.00 €