La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Simplement kurde

avril 2004 | Le Matricule des Anges n°52 | par Franck Mannoni

Le Fusil de mon père

Hiner Saleem, dont le dernier film Vodka Lemon a été primé au Festival de Venise en 2003, investit les mots pour parler des siens et rappeler au monde que les Kurdes réclament encore un pays libre où vivre en paix. Le Fusil de mon père, écrit de manière quasi documentaire, raconte l’enfance d’Azad, le fils de l’opérateur personnel du général Barzani, chef des rebelles. Au Kurdistan irakien, terre de toutes les convoitises politiques et théâtre de répressions sanglantes, l’enfant apprend à vivre dans la crainte des arrestations, des déportations et des bombardements. L’armée, la police, les services secrets : toutes les forces de l’État irakien se partagent le contrôle de la zone. Comme dans la vie de l’adolescent, la grande histoire et les événements du quotidien s’entrecroisent. Azad va à l’école, dont l’instituteur est un militant kurde, il cherche un moyen de s’engager dans les combats, mais il est aussi amoureux et regarde des films indiens sur la télévision de son oncle. Les parenthèses politiques succèdent aux dégustations de fruits juste avant que des avions ne passent en rase-motte au-dessus de son village. Au milieu de ce chaos, un sentiment fort dépasse toutes les contingences : l’amour et l’admiration qu’Azad ressent pour son père, militant désespéré que le jeune fils étreint avant de partir en Europe pour un exil sans retour. Une histoire simplement édifiante, sans mise en scène, parallèle à celle d’Hiner Saleem dont le discours sur la condition des Kurdes n’est pas voué à tarir : « La bouche n’est pas un trou dans un mur que l’on peut boucher avec de la boue ».

Le Fusil de
mon père

Hiner Saleem
Le Seuil
172 pages, 14

Simplement kurde Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°52 , avril 2004.
LMDA papier n°52
6.50 €
LMDA PDF n°52
4.00 €