La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Éclaireurs d’oc

juin 2004 | Le Matricule des Anges n°54 | par Dominique Aussenac

Trois agents très spéciaux veillent aux destinées de Jorn, maison d’édition singulière, relais d’une poésie toujours vive, mais disséminée en archipel sur un vaste territoire.

Il y a plus de mille ans que brille la lumière crépusculaire mais toujours continue de la poésie occitane. Cœur irradiant d’une langue romane qui n’a jamais connu d’État-nation, mais dont le vaste territoire constitue la moitié sud de la France, en dessous de la Loire, allant des vallées espagnoles du Val d’Aran, à l’exception de la Catalogne et du Pays basque aux vallées cisalpines d’Italie. Langue regroupant des diversités dialectales telles que le provençal, le languedocien, le limousin, le gascon, elle fut celle des troubadours qui la diffusèrent à son apogée dans tout le sud de l’Europe. Dante Aligheri hésita à l’utiliser pour écrire sa Divine Comédie. L’occitan fut une des rares langues régionales à obtenir le Prix Nobel de littérature avec Frédéric Mistral. Aujourd’hui, le nombre de ses locuteurs a singulièrement baissé l’école obligatoire fut une très bonne chose, mais le fait de parler une autre langue que le français, sévèrement réprimé. Sur le département de l’Hérault, une enquête révélait qu’en 1991, 18 % des sondés affirmaient le parler quotidiennement, seulement 4 % le lire régulièrement. Toutefois l’occitan conserve un lectorat exigeant, érudit et des écrivains remarquables. Mieux : par l’intermédiaire des calandretas, écoles occitanes, une jeune génération débarque, ayant connu le bilinguisme pratiquement sans discontinuité de l’école maternelle à la Faculté. C’est l’aboutissement d’un combat permanent pour la survie d’une langue face au centralisme jacobin français.
Jean-Paul Creyssac, Jean-Claude Forêt et Philippe Gardy publient de la poésie occitane avec une passion communicative. Ainsi rayonnent-ils en présentant leur dernier ouvrage : un recueil trilingue (occitan, italien, français) écrit par un poète occitan des vallées cisalpines d’Italie, Claudio Salvagno, cheminot, plasticien et brillant autodidacte. L’Emperi de l’ombra (L’empire de l’ombre), à la jaquette claire, dépouillée, élégante, révèle un auteur talentueux, à l’écriture fine. « Je ne sais qui se rassemblera pour cette œuvre en commun/ et si nous construirons avec ces lauses/ de nouveaux fronts brillants. Lauses de ces monts chargés de patience/ les têtes dans les nuages et les pieds dans le brouillard… » On a encore envie d’écrire : un livre minutieux, minéral, hanté, où passé et modernité se confrontent, comme la vingtaine d’ouvrages qui le précède.
Jean-Claude Forêt, Philippe Gardy se retrouvent à Montpeyroux chez Jean-Paul Creyssac pour travailler, mais aussi boire et manger. Ce petit village, dernière terrasse du Larzac, surplombe la plaine littorale languedocienne et produit un vin charnu, épicé, généreux. Poètes aux cheminements différents, unis par l’amour de la langue d’oc, ils récusent le terme de militant pour qualifier leur travail. Pas évident tant celui-ci paraît immense. Ils font tout, recherche de textes, « mise au net des manuscrits » et surtout normalisation orthographique et typographique des différentes variantes linguistiques....

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?