La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Beaux débuts de Finitude

juillet 2004 | Le Matricule des Anges n°55 | par Jean Laurenti

Jeune maison aux livres intemporels, Finitude est née un peu par hasard et beaucoup par amour. Emmanuelle et Thierry Boizet, éditeurs passionnés, conçoivent patiemment un catalogue de très haute tenue, où domine une littérature française méconnue du grand public.

La galaxie des amoureux de la littérature abrite en son vaste sein une famille un peu à part : une communauté de passionnés pour qui les livres sont bien sûr des portes qui entraînent dans le monde de l’imaginaire, du savoir, de la poésie, mais aussi (on n’a pas dit surtout) des objets hautement sensuels, désirables, que l’on regarde, que l’on hume et que l’on caresse. Qui procurent du plaisir avant même qu’on les ait ouverts. C’est pour eux, ces inconditionnels du bel ouvrage, qu’œuvrent Emmanuelle et Thierry Boizet, créateurs et artisans des éditions Finitude, maison née véritablement au printemps 2002, moment crucial d’une histoire commencée presque dix ans auparavant. Une histoire qu’ils nous content avec précision et simplicité dans leur appartement, situé dans un quartier résidentiel de Bordeaux. C’est là qu’ils vivent et qu’ils travaillent. Les éditions Finitude occupent une seule pièce : un bureau équipé d’un Mac, des étagères remplies de livres. L’entretien se déroulera sur une terrasse baignée par la lumière de l’été imminent, scandé par les irruptions joyeuses de la petite Marie, fière de montrer les dessins qu’elle exécute en série. Dans la pièce à côté, Pierre, 6 ans, attend avec impatience le début du match de football : ce soir-là, l’équipe de France affronte celle de Croatie.
Lorsque incidemment on évoque la « philosophie » ou encore la « stratégie » de leur maison, Emmanuelle et Thierry ouvrent de grands yeux et rient de bon cœur. Ils ne revendiquent pas de ligne éditoriale précise, juste le désir de publier de bons textes et de faire de beaux livres. Chez eux, « pas de plan de carrière ». Rien (ou presque) ne les prédisposait à être ce qu’ils sont aujourd’hui. Mais si l’existence de cette petite maison doit beaucoup à des concours de circonstances sur lesquels on reviendra, on perçoit sans peine la cohérence du parcours de ces jeunes éditeurs, tous deux âgés de 35 ans. Emmanuelle est landaise, née à Mont-de-Marsan. Elle est issue d’une famille de collectionneurs d’art. Chez elle les livres étaient omniprésents et son grand-père, Jacques-Marie Dupin a écrit plusieurs ouvrages, publiés chez William Blake & Co. Elle a fait des études de droit et d’histoire de l’art qui auraient dû la mener au métier de commissaire-priseur. Thierry, lui, est originaire de Verdun, dans l’Est de la France. Né dans un milieu modeste, il a poursuivi à Metz des études d’ingénieur en mécanique. Son diplôme en poche, il a rejoint Emmanuelle à Bordeaux. Les deux jeunes gens se sont retrouvés sur le marché du travail en 1992-93, période notoirement difficile. « Il n’y avait de boulot pour personne, se souvient Thierry. On a passé un an au RMI et là, on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. Pourquoi pas monter une librairie de livres anciens puisque ça nous plaisait à tous les deux ? » Ce rêve, ils le caressaient pour plus tard, une fois qu’ils seraient bien installés dans la vie professionnelle. La réalité les a poussés à anticiper les...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°55
6.50 €
LMDA PDF n°55
4.00 €