La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Au révélateur américain

juillet 2004 | Le Matricule des Anges n°55 | par Thierry Guinhut

Chacun connaît cette photographie d’August Sander : « Trois jeunes hommes en noir, canne et chapeau sur un chemin ». Où vont-ils en cette année 1914 ? C’est à quoi s’efforce de répondre Richard Powers au long cours d’un roman dans lequel trois narrateurs alternent pour nous conter autant d’histoires qui conflueront en fin de volume. D’abord le découvreur, dans un musée de Détroit, de cette énigmatique photo. Ensuite les vies malmenées par un siècle guerrier des trois fermiers allemands. Enfin la quête de la rousse du défilé de l’armistice par le journaliste d’un magazine de micro-informatique… Bien sûr l’image prétendument objective de Sander est battue en brèche par la subjectivité du regard et le sens de l’Histoire de tout narrateur, a fortiori aussi doué pour l’ironie que Richard Powers. C’est entraînant, méticuleux, didactique, un rien pesant, comme tout grand roman américain à volonté encyclopédique qui se respecte et qui seul permet là-bas à l’écrivain de passer pour un maître. Il y a donc quelque chose d’obligé dans cette prise en écharpe du siècle, de deux continents, de grands et petits destins. C’est certes aussi fin qu’instructif et d’une nécessaire ampleur, mais il y manque parfois ce brio qui hisse Gaddis et Pynchon au niveau des plus grands…
Ce premier né de la collection « Lot 49 » (en référence au premier roman de Pynchon) nous promet bien des titres ambitieux et attendus, comme Le Tunnel de William Gass ou Le Passage des ombres du même Powers qui imagine un artiste travaillant sur une caverne platonicienne et hypertechnologique. À suivre donc.

Trois fermiers s’en vont au bal
de Richard Powers
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Yves Pellegrin, Le Cherche Midi, 524 pages, 20

Au révélateur américain Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°55 , juillet 2004.
LMDA papier n°55
6,00 €
LMDA PDF n°55
4,00 €