La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Scottish coffee

juillet 2004 | Le Matricule des Anges n°55 | par Dominique Aussenac

Penser à respirer

Si les chants désespérés se révèlent souvent comme les plus beaux, les livres évoquant la dépression nerveuse et autres turbulences de l’âme apparaissent rarement comme les plus engageants. Un bémol pour Penser à respirer, premier roman de Janice Galloway, paru en 1989 qui évoque la désespérance d’une femme qui vient de perdre son amant. Ce n’est ni la justesse de ton, ni la densité du contenu qui font l’intérêt de l’ouvrage, mais plutôt l’éclatement de sa forme, allers et retours, énumérations-réitérations des faits qui ponctuent une journée, zooms ralentis sur les petits gestes du quotidien, décryptage des pensées des différents protagonistes en surimpression de la narration. La présentation typographique prolonge cette fragmentation en utilisant différents lettrages, en incluant formules publicitaires, poèmes, interjections, cartes postales etc. Si la noirceur, le ressassement sont bien présents, une clarté, une dimension lumineuse, une fraîcheur s’installent peu à peu, faisant respirer le texte. Le lecteur se trouve d’emblée impliqué dans la confidence, la reconstruction de l’héroïne qui peu à peu arrive à s’affirmer et à se révolter contre le monde futile, consumériste ou bien médical qui l’environne. Janice Galloway fait partie de la « nouvelle renaissance de la littérature écossaise ». Moins trash qu’Irvine Welsh, tout aussi sensible, révolté et profond, sinon plus.

Penser à respirer de Janice Galloway
Traduit de l’anglais par Élisabeth Luc
Le Passeur, 280 pages, 18

Scottish coffee Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°55 , juillet 2004.
LMDA papier n°55
6.50 €
LMDA PDF n°55
4.00 €