La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Rimbaud le chaste ?

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Gilles Magniont

Les Femmes de Rimbaud

Se mit-il en ménage, l’agent commercial du Harar ? Les témoignages s’avérant lacunaires ou contradictoires, mieux vaut rester circonspect. Et dire qu’il n’est pas un seul document irréfutable sur telle ou telle femme des années (18)80… Il n’empêche, dans une monographie qui prend parfois des airs de rêverie, Jean-Luc Steinmetz s’attache, non pas à normaliser Rimbaud-le-scandaleux-qui-fit-rimer-Vénus-et-anus, mais à dégager combien « son homosexualité ne forme pas l’unique chiffre de son rapport à l’autre » ce dont on se doutait un peu. D’ailleurs, garçons et filles ne mènent-ils pas au même : Steinmetz souligne avec justesse que c’est toujours l’échec du couple, quel qu’il soit, et partant l’« enfer de l’espèce » qui forment le sombre horizon du natif de Charleville. Le voilà donc rendu à sa solitude, et le diorama cosmopolite des textes à leur mystère. On pourra alors parcourir Les Femmes de Rimbaud pour redécouvrir quelques poèmes pris de désir : peut être des souvenirs « Quand venait, l’œil brun, folle, en robes d’indiennes,/ Huit ans, la fille des ouvriers d’à côté,/ La petite brutale, et qu’elle avait sauté,/ Dans un coin, sur son dos, en secouant ses tresses,/ Et qu’il était sous elle, il lui mordait les fesses », et puis quelques imaginations troublantes « Je baisse les feux du lustre, je me jette sur le lit, et tourné du côté de l’ombre je vous vois, mes filles ! mes reines ! »

Les Femmes de Rimbaud de Jean-Luc Steinmetz
Zulma, 140 pages, 7,50

Rimbaud le chaste ? Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°57 , octobre 2004.
LMDA papier n°57 - 6.50 €
LMDA PDF n°57 - 4.00 €