La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sous perfusion

novembre 2004 | Le Matricule des Anges n°58 | par Camille Decisier

Hanté par le rouge, un homme fait d’étranges rencontres, vit de cruelles séparations. Un monologue obsessionnel et sanglant.

Dans L’Étal il est beaucoup question de tunnels, étroits comme des veines trop étroites pour contenir le sang qui y circule. Pas l’hémoglobine hollywoodienne et monochrome des séries Z et faits divers, mais notre sang, le vrai, organique, alimentaire, qui sent la chair fraîche puis la viande avariée, le sang qui appelle la vie, le sexe, la mort, le voyage. Le sang qui macule la planche à découper sur la couverture de L’Étal est indifféremment humain ou animal. Il est rouge. C’est le début de l’histoire.
Dans l’univers réfracté par Filip Forgeau, il y a un homme qui regarde couler le sang. Aux crochets des boucheries, à l’intérieur de ses artères, sur le corps de son ami mort, dans l’odeur de la ville, de ce « quartier des viandes » où il est né et qui le retient prisonnier, il voit rouge. « C’est quartier des viandes. C’est aussi rouge que le jour de ma naissance. Voir le jour dans le sang, ça donne envie de crier. Ça donne la rage et la gueulante pour le restant de ses jours. Ma vie est un gueuloir. Un dégueuloir. Un jour rouge. »
Les mots de Filip Forgeau se contorsionnent, se déploient en accordéon de papier tue-mouches sur l’air de « marabout-bout-de-ficelle », et gémissent une idée fixe en forme de comptine vicieuse et douloureuse. Plus que la vraie signification du sang, c’est sa puissance évocatrice, olfactive et visuelle, qui fonde et entretient l’obsession, en rapportant tout à tout ce rouge. La fascination est verbale, sonore, orale. Les échos s’entrechoquent, se provoquent, se bousculent pour se succéder. Il y a dans L’Étal, « texte errant sous forme de récit », une petite musique, empirique, entêtante, faite d’associations d’idées, d’idées en tête-à-queue et de mots en queue de poisson. Une invocation intuitive du sang, le sang qui coule, le sang qui passe, dans lequel se mêlent le terrible souvenir du père, le désir de la chair des femmes, l’impuissance devant la nudité du corps et des sentiments, devant les petites voix intérieures qui psalmodient sans trêve. « Je dois fouiller mes fins fonds. Me fouiller sous toutes mes formes. Me trouver est l’objet de ma recherche. Me retrouver. Mort ou vif. Wanted, sans récompense. C’est le prix de ma recherche. C’est un service que je dois me rendre. C’est un service. Je dois me rendre. Me rendre à moi-même. Pas me vomir, me rendre. Me rendre à l’évidence. Me rendre à l’évidence que je suis loin d’être rendu. »
Filip Forgeau s’attache à ce qui en l’être reste fragmentaire : l’identité devient copeaux, sciure enrobée de ce que qui au contraire demeure glissant, poisseux, mélange de sang, de sperme et de venin, de sang surtout. Ce parti pris d’un langage spiralé, exsangue, éructant parfois, poétique à la manière d’un Koltès en pleine hémorragie, ne le met pas à l’abri de certains écueils, glissements de sens un peu faciles, accumulations d’homonymies, qu’on lui pardonne volontiers, connaissant sa prédilection pour la mise en scène sonore du langage (Filip Forgeau est l’actuel directeur artistique de la Compagnie du Désordre). Pourtant, s’il tient le pari de la langue, il ne parvient pas à mêler son sang au nôtre. La transfusion reste imparfaite, peut-être parce que nous y sommes inconsciemment réfractaires, peut-être parce qu’elle ne nous fouette pas assez le sang, peut-être parce que le choix de l’obscénité poétique réclame une sincérité absolue, qui fait ici un peu défaut ; dans L’Étal il y a du sang, certes, par barriques. Il y a des veines, aussi. Il manque un pouls.

L’Étal, de Filip Forgeau
L’Amourier, 75 pages, 11

Sous perfusion Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°58 , novembre 2004.
LMDA papier n°58
6.50 €
LMDA PDF n°58
4.00 €