La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Dernier repas

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Franck Mannoni

Tous les orchestres

Dans un petit restaurant, trois frères se retrouvent après l’enterrement de leur mère. L’aîné, un naïf, un romantique, arrive tout droit des États-Unis. Le cadet, un meneur qui compte en dollars, est pressé d’en finir. Le benjamin, narrateur de cette rencontre, reste comme suspendu. Attentif au moindre geste, au moindre souvenir qui passe, il écoute une petite musique intérieure venue du passé. Défilent alors les phrases toutes faites de la défunte, bien pratiques pour avancer dans la vie : « Un petit chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres », « La santé on n’en a qu’une. Prenez-en soin ». Une sagesse populaire qui ne masque en rien la richesse d’un personnage. Pendant la guerre, il a bien fallu se débrouiller, vendre quelques produits pour survivre : l’attente du père parti au STO. Entre l’évocation d’un voyage en Italie épique et un repas de funérailles, les frangins se montrent unis. L’union sacrée, mais fragile. Seul le narrateur semble porter sur ses épaules le poids du passé. Les autres s’accommodent de compromis faciles, prêts à retourner dans le grand bal. Cette histoire de famille, écrite dans un style incisif par Robert Piccamiglio, contraste avec l’atmosphère recueillie du roman. Phrases courtes, idées noires parfois, tout est prétexte à réflexion. Une philosophie de la vie sans circonvolution soutient l’ensemble. Le bonheur se construit pas à pas sur des rêves réalistes. La plénitude est à ce prix. Au final, un récit lucide sur le deuil.

Tous les orchestres de Robert Piccamiglio
Le Rocher, 168 pages, 14,90

Dernier repas Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60
6.50 €
LMDA PDF n°60
4.00 €