La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Ressources humaines

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Marc Blanchet

Le monde de l’entreprise envisagé à travers un roman initiatique : Pierre Mari raconte avec une grande justesse l’éveil d’une conscience devant les impasses d’un système.

Résolution

Après un premier essai remarqué (Kleist, un jour d’orgueil, PUF), livre essentiel pour comprendre l’avènement d’une nouvelle conscience artistique dans le monde d’aujourd’hui, Pierre Mari ne quitte pas les territoires d’une écriture exigeante avec un roman au sujet a priori sans séduction. Que peut-on dire du monde du travail qu’on ne sache ou ne devine pas, quand il nous installe dans un département des ressources humaines et raconte les maladresses fatales d’une entreprise autrefois publique ? Dans un univers proche des films de Laurent Cantet (Ressources humaines, L’Emploi du temps), Pierre Mari parvient à installer un climat particulier, tenu par l’intelligence d’une écriture à la fois dense et subtile, sachant suggérer sans souligner. Cette justesse permet de suivre un personnage principal anonyme en proie à un lent vertige de doutes, fascine progressivement le lecteur, l’inquiète tout en le faisant réagir comme ce personnage central : pas de jugements hâtifs, pas de repli factice, l’observation raisonnée de l’évolution d’une société avant toute décision, toute résolution.
Dans ce roman tendu en miroir, les êtres ne se diffèrent pas de nous par leurs activités professionnelles : ils subissent avant de réagir, quand ils le peuvent, et lorsqu’ils le choisissent, c’est déjà blessés de toutes parts, peu enclins à rejeter le système dans son entier. C’est là une des pertinences de ce roman : l’honnêteté et l’écoute ne peuvent pas toujours triompher du mensonge et de l’ambition, surtout quand ceux-ci virent à l’absurde. Le rapport entre l’anonyme du roman et « V. », en retraite anticipée, dessine alors les paysages d’une complicité humaine qui est la fraternité à laquelle nous pouvons prétendre. Plutôt que de dénoncer avec didactisme le système capitaliste, se faire le porte-parole d’un altermondialisme douteux, Pierre Mari montre les perversités d’un univers marchand quand il devient un monstre se dévorant lui-même, et nous dépose au final sur le beau rivage de nos propres résolutions.

Dès le début de votre roman, le lecteur est emporté dans un vertige : celui du monde économique contemporain. Malgré la présence d’un personnage principal, on a l’impression de traverser un monde de théories, de chiffres et de projets. Vouliez-vous dans ce « magma » faire émerger un individu précis, une conscience en décalage avec la froideur de cet univers ?
J’avoue que l’un des premiers défis que j’ai eu envie de relever, c’était d’orchestrer de manière narrative un matériau qui est tout sauf romanesque : les fusions et acquisitions d’entreprises, les plans sociaux, l’évolution des métiers, la langue de bois managériale. Non pas pour faire œuvre de réalisme socio-économique, bien sûr, mais pour montrer comment tous ces éléments pouvaient s’articuler et progressivement se déplacer dans la conscience d’un cadre moyen. J’ai tenu à ce que le monde économique n’ait jamais une présence brutalement « objective », mais qu’il soit toujours...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°60
6.50 €
LMDA PDF n°60
4.00 €