La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Chant profond

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Thierry Cecille

Il nous faut parfois abandonner, au seuil d’un roman, nos habitudes de lecture : les événements semblent ne pas s’enchaîner exactement, les frontières entre le réel et l’imaginaire sont poreuses, les mobiles des actions quelque peu impénétrables. C’est sans doute ce que recherche ici Wideman, car Damballah, dieu des lointaines racines africaines, est « le père immémorial et vénérable (…). Il n’existe quasiment aucune communication avec lui, comme si sa sagesse ne pouvait (…) se traduire en un langage humain d’une précision trop mesquine. » De loin en loin, le narrateur s’adressant à son frère, condamné à la perpétuité dissémine des indices : les récits sont ici comme une « toile d’araignée » où viennent se rassembler les sons, les odeurs, les sensations, les événements familiers ou tragiques, les rêves et cauchemars de plus d’un siècle de l’histoire de Homewood, quartier noir de la banlieue de Pittsburgh. En un parallèle saisissant, aux deux extrémités du roman, la fuite vers l’ouest du frère, tentant d’échapper à la police après un cambriolage raté, fait écho à la fuite vers le nord des ancêtres, esclaves d’une plantation de Virginie.
À Homewood se succèdent les générations, entre la misère et les espoirs, souvent déçus : des voix se répondent, se confondent, en des dialogues vifs ou des monologues éloquents ou chaotiques. L’un après l’autre, grand-mère ou petit-fils, chanteuse de gospel ou « raconteuse », tous tentent de sauver du désordre et de l’oubli leurs existences. Des images inoubliables surgissent : ainsi du « Père poubelle » enterrant sous la neige un nouveau-né abandonné, ou du calvaire de la mère confronté au fils emprisonné c’est bien là « la négrité en tant que croix et célébration ».

Damballah de John Edgar Wideman
Traduit de l’anglais par Jean-Pierre Richard
Gallimard, 262 pages, 19

Chant profond Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60
6.50 €
LMDA PDF n°60
4.00 €