La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Charnel Kawabata

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Camille Decisier

La Beauté, tôt vouée à se défaire

« Je peux te prêter mon bras pour un soir », dit la fille. Et, le détachant de son épaule droite, elle le prit dans sa main gauche et le déposa sur mes genoux. » Dans « Le Bras », nouvelle fantastique et infiniment poétique, un jeune homme passe une nuit troublante, d’un érotisme délicat, auprès du bras de son amie, et s’initie à la transgression des tabous sexuels et identitaires. Autre écriture, plus dense, plus opaque, pour « La Beauté, tôt vouée à se défaire », qui démêle l’écheveau compliqué des motivations, réelles ou fictives, d’un crime. Cette enquête littéraire et philosophique aux frontières de l’imagination interroge le rôle de l’écrivain, sa fascination pour la mort, la tentation du mensonge. Elle requiert une lecture patiente et appliquée, parfois fastidieuse. En revanche, la première de ces nouvelles toutes deux inédites est saisissante : le membre de la jeune fille, métonymie hallucinée de la possession amoureuse, donne à la chair endormie une dimension sensuelle et esthétique inatteignable dans l’éveil. Au point que le narrateur cède bientôt à l’envie de le faire sien… « Je continuai à fixer le bras posé sur mes genoux. Une vague lumière flottait à la saignée du coude. Je repliai imperceptiblement le bras pour concentrer cette lueur et, le soulevant, y posai mes lèvres pour l’aspirer. » La sensibilité, la grâce, le souffle de Kawabata, prix Nobel en 1968, font de ces quelques pages un petit bijou de légèreté.

La Beauté, tôt vouée à se défaire
de Yasunari Kawabata
Traduit du japonais par Liana Rosi,
Le Livre de poche, 150 pages, 5

Charnel Kawabata Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60 - 6.50 €
LMDA PDF n°60 - 4.00 €