La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Carnaval sauvage

mars 2005 | Le Matricule des Anges n°61 | par Laurence Cazaux

Les Félins m’aiment bien

L’animalité est au cœur de cette première pièce d’Olivia Rosenthal. Mais nous sommes ici dans un théâtre du huis clos. Six personnages (deux couples d’amoureux, Balthazar et Marianne, Roland et Cérès et une famille, Balthazar, sa sœur Alix et leur père Nestor) vivent enfermés, en communauté, dans un lieu mystérieux, en présence de figures. Ils cherchent à tout prix à éviter l’ennui. Une grande fête est donc en préparation, une sorte de carnaval où chacun doit se travestir en animal. La pièce est structurée autour de six disparitions. Chacune de ces disparitions débute par une courte scène où les maîtres des lieux discutent d’attacher ou de détacher un puma, de plus en plus affamé. L’animal, la peur, le danger rôdent. Plus la pièce avance, plus les figures se transforment, oreilles, moustaches, pattes, poils apparaissent. Les Félins m’aiment bien ressemble à un cauchemar irréel, un conte cruel ou un ballet inquiétant. Il s’agit de jouer, jouer au théâtre bien sûr, mais jouer à savoir qui aime qui, comment on peut se dévorer amoureusement, se déchirer, jouer avec la peur, la violence, jouer à essayer toutes sortes de costumes d’emprunts, jouer à changer de sexe, à affronter les deux faces dont nous sommes tous faits… Le désordre s’installe de plus en plus sur cette scène de l’intime, de l’inconscient, du fantasme. Il s’agit pour les personnages de s’affranchir de toutes les conventions sociales, jusqu’à leur anéantissement, sous le regard d’un père impuissant. L’univers d’Olivia Rosenthal reste profondément énigmatique, elle nous perd dans un dédale de pulsions dans cette farce macabre.

Les Félins m’aiment bien d’Olivia Rosenthal
Actes Sud-Papiers, 68 pages, 11,50

Carnaval sauvage Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°61 , mars 2005.
LMDA papier n°61
6.50 €
LMDA PDF n°61
4.00 €