La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Chercheur en densité intime

mars 2005 | Le Matricule des Anges n°61 | par Thierry Guichard

Créées en 1998, les éditions Virgile traquent les textes en prose ou en poésie pour dire quelque chose de notre intime. Avec une belle part faite aussi à l’art et à la bibliophilie. Un mauvais procès menace aujourd’hui sa bonne croissance.

Daniel Legrand a quelque chose de très doux : son sourire ne se dépare pas d’une retenue qui n’est peut-être que l’expression de la timidité. Pour amorcer l’entretien, il aurait souhaité une déambulation dans un musée, mais pour des raisons de commodité, on opte pour un verre de Saint-Véran à la table d’un café.
L’éditeur vient de lancer un appel à soutenir sa maison d’édition. Dans le cadre de sa collection « Suite de sites », il a publié des textes d’auteurs invités en résidence en Franche-Comté où Virgile vient d’établir son siège social. Parmi les titres publiés se trouvait un long poème de William Cliff sur la verrerie industrielle que l’écrivain belge a visitée. Le directeur de la verrerie n’a pas apprécié certains adjectifs du livre et a attaqué Virgile en justice. Dans un souci d’apaisement l’éditeur a retiré Passavant la Rochère de la vente mais sa décision n’a pas satisfait le plaignant et un procès aura lieu. Daniel Legrand semble surtout meurtri par le fait qu’on puisse aujourd’hui attaquer un éditeur pour de la poésie…
Sous un ciel gris, notre hôte nous conduit ensuite dans les bureaux de Virgile, à la périphérie de Dijon. C’est là qu’il habite quand il n’est pas à Besançon. Après le garage, des marches de bois conduisent à son atelier de peinture où quelques masques montent la garde, dont un très beau dogon, en compagnie de statuettes vives et d’un caïman de bois.
L’Afrique habite aussi les grandes toiles colorées que l’éditeur peint, dont deux font face aux ordinateurs du bureau. C’est que Daniel Legrand est né en 1956 à Dakar. Son père y dirigeait une entreprise de papeterie avant de venir à Dijon reprendre la librairie Venot qui depuis le XIXe siècle prolongeait la tradition de ces libraires éditeurs qu’on trouve encore parfois. Les auteurs publiés par son père taquinaient la muse dans la région. L’édition se faisait alors à compte d’auteur…
Après le lycée, le jeune étudiant intéressé par l’image et la lecture pense trouver dans la mise en scène l’idéale synthèse de ce qu’il aime. Il entre au TNS et met sa timidité à trop rude épreuve face à des comédiens à l’ego surdéveloppé. Après un an à Strasbourg, il revient à Dijon pour faire les beaux-arts (peinture et sculpture) puis s’oriente vers une école de graphisme à Orléans. Le désir d’édition avait commencé à faire son chemin…
Ses études terminées, il travaille dans un studio de création spécialisé dans les maquettes de presse. Il collabore ainsi à l’élaboration de la maquette de Géo et de Ça m’intéresse. L’Expansion l’embauche et lui confie la réalisation des hors-série et des livres que le titre publie. Puis ce seront les hors-série de Beaux-arts magazine. Son travail lui attire des commandes de catalogues pour des musées. Sa femme nommée à l’Université de Dijon, la famille revient s’installer en Bourgogne et Daniel Legrand travaille à son compte.
La bibliothèque de Dijon accueille le siège du groupement des Bibliothèques gourmandes....

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°61
6.50 €
LMDA PDF n°61
4.00 €