La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le chat machine

mai 2005 | Le Matricule des Anges n°63 | par Philippe Savary

Victor-Maurice Le Page (1918-1977) eut plusieurs vies. Sous la signature de Maurice Raphaël, il commit des romans d’une belle férocité (Ainsi soit-il). Puis, sous celle d’Ange Bastiani, des polars à la chaîne. Son passé sulfureux (pendant l’Occupation) n’aida guère à sa postérité, malgré le soutien de Breton et de Guérin. La réédition de La Croque au sel (1952) donne pourtant un aperçu de son sombre talent. « La littérature de notre époque puisera sa source aux faits divers ou devra se résigner à la gravité », met-il en garde. Vues d’en bas, les années 50 n’ont rien de glorieuses. Usine en grève, ciel mou, champ de boue en guise d’horizon. À la lisière de la ville, le petit peuple cuit à l’étouffée dans son habitation à bon marché (ou « pénitencier », ou « entrepôt à viande »). Zoom sur une famille. Elle compte ses déshérités : la mère Graine, le père invalide, la gosse et le clébard sous l’évier, la belle-fille qui tapine chez le bijoutier pendant que son jules est au ballon. Le soir, l’autre fils traque les chats pour remplir la gamelle. Jusqu’à extinction du cheptel. On se prépare à manger la bru… Tout le roman ruisselle de la même eau : une eau noire et usée, où se noie « la longue habitude des pas perdus », où l’haleine familiale, dans ce huis clos étouffant, suffit à « rendre l’air insupportable ». Organique, l’écriture de Maurice Raphaël puise dans le quotidien la part maudite de notre humanité quitte à s’offrir quelques échappées fantasmagoriques. Pour en finir avec les « formes sclérosées » du roman bourgeois, Maurice Raphaël (qui inspira peut-être La Gana de Jean Douassot) préconisait une littérature du « contact », jusqu’à la diffusion des livres « au porte-à-porte ». Ça s’apparente plutôt à un coup au plexus.

P. S.

La Croque au sel
Maurice Raphaël
(suivi d’un dossier établi par Alfred Eibel)
L’Esprit des péninsules, 246 pages, 19

Le chat machine Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°63 , mai 2005.
LMDA papier n°63
6.50 €
LMDA PDF n°63
4.00 €