La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens De guerre sale

juillet 2005 | Le Matricule des Anges n°65 | par Eric Naulleau

Troisième monologue traduit en français d’Horacio Castellanos Moya, chroniqueur inspiré des années sombres du Salvador. Rencontre avec un auteur qui entend des voix.

L' Homme en arme

Le Dégoût

Après avoir servi au sein des escadrons de la mort contre les « terroristes », l’ancien mercenaire se trouva fort dépourvu quand le temps de la paix fut venu au Salvador. Qu’à cela ne tienne, les exécuteurs des basses œuvres ne pointent jamais longtemps au chômage. Celui qui n’était qu’une vague et fugitive silhouette dans le précédent livre d’Horacio Castellanos Moya (La Mort d’Olga Maria, Les Allusifs, 2004) a pris consistance : « Dans la caserne San Carlos, après des tests et des examens, quand l’officier a constaté que je mesurais un mètre quatre-vingt-dix et pesais quatre-vingt-quinze kilos, il a donné l’ordre de m’affecter au bataillon Acahuapa. » Juan Alberto Garcia mérite bien son surnom de Robocop, et ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur que de parvenir à se glisser dans la peau et surtout dans les mots d’un être pour qui l’existence se résume à tuer et ne pas être tué. À peine démobilisée, la machine à flinguer entreprend à nouveau d’éparpiller du subversif sous les ordres d’un certain Linares : « Les gars des services secrets avaient découvert que les terroristes n’avaient pas démantelé toutes leurs structures de commandos urbains, qu’ils en conservaient deux en sommeil, croyant qu’ils pouvaient nous tromper ; c’est pourquoi le haut commandement avait autorisé la création d’une unité dont la mission était de détecter et de détruire ces cellules clandestines. » Même au tarif paramilitaire, le crime ne paye plus que médiocrement : histoire de mettre un peu de beurre dans la pupusa (le plat national), notre Terminator local (Terminador ?) braque une banque, dévalise le vieillard et terrorise l’orpheline en laissant chaque fois une traînée sanglante derrière lui. Mais les règles du jeu ont changé depuis le bon vieux temps des missions spéciales. Trahi par ses anciens camarades de combat, qui poursuivent d’autres buts et servent des intérêts fort éloignés de la lutte politique, l’ancien chasseur doit un temps lâcher la proie pour l’ombre d’une lointaine jungle il apparaît toutefois qu’en Amérique centrale comme ailleurs, un méfait n’est jamais perdu : la conclusion de ses aventures brille par un franc cynisme.
À l’occasion de ce nouveau roman, Horacio Castellanos Moya a lui aussi changé son fusil d’épaule. Loin des grandes orgues du Dégoût (Les Allusifs, 2003), torrent d’imprécations à l’endroit de tout ce qui vit, respire, marche, court, rampe ou nage dans « un pays où personne ne lit de la littérature, un pays où le peu de gens qui lisent ne liraient jamais un livre de littérature », autrement dit le Salvador, loin de l’étourdissant babillage d’une pipelette nommée Laura, qui éclairait bien malgré elle les coulisses d’un régime corrompu jusqu’à l’âme, dans La Mort d’Olga Maria, l’auteur livre avec L’Homme en arme une impeccable parabole, au sens géométrique du terme, dans un style aussi efficace et aussi froid qu’un procès-verbal. Aussi froid que la mort dans son pays.

Pourquoi avez-vous choisi, du moins dans...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°65
4,00 €