La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un maître hollandais

septembre 2005 | Le Matricule des Anges n°66 | par Thierry Guichard

Une Adolescence en Gueldre

Fugueur à 12 ans, le Belge Jean-Claude Pirotte avait réussi à fuir aux Pays-Bas, en Gueldre, au centre du pays. Là, il avait été pris en charge par un linguiste éclairé qui lui avait appris la langue et bien d’autres choses. Au point que le jeune garçon avait donné à la maison de Bezuidenhout le statut de nouvelle demeure familiale.
Une adolescence en Gueldre revient sur la découverte d’une famille, les Prins, dont le père, Willem Prins grand amateur de littérature confia au gamin, la mission de traduire Don Quichotte, et dont les deux fils, Han et Jan l’accompagnèrent dans leurs déambulations. Les atermoiements de la narration, cette façon de ne pas vouloir avancer mais de prendre d’incessants chemins de traverse, marquent une pudique approche des souvenirs. Dès l’amorce de son récit, Pirotte avoue son insurmontable faiblesse : « comment donner » à la scène de la rencontre avec M. Prins « tour à tour le poids du réel et l’empreinte du rêve ? Pas tour à tour, mais en même temps. » On ne revit pas deux fois une même vie. L’écrivain alors se fait peintre et nous détaille, comme s’il fermait presque les yeux, la lumière sur les paysages de Gueldre. Le roman foisonne de ces tableaux, nourris en même temps de la nostalgie et d’une érudition gourmande : « Je fais mes adieux à des coins de rues, à des ponts ignorés du côté du Jordaan, à quelques façades vétustes au bas desquelles s’appuient des vélos noirs ». Peu à peu, la prose semble se déliter avec le souvenir des filles aimées, croisées en d’autres carnets : « les souvenirs (…) s’estompent, se démembrent, se dispersent dans les replis d’un territoire dévasté. »
On est touché alors de la délicatesse avec laquelle l’écrivain, le peintre, fuit son propre sujet, évoquant en des pages troubles sa mère, et cette incapacité à « s’engager dans l’existence » qui fait de lui un nomade. Dans les livres et les paysages.

Une adolescence en Gueldre de Jean-Claude Pirotte
La Table ronde, 196 pages, 17

Un maître hollandais Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°66 , septembre 2005.
LMDA PDF n°66
4,00