La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue L’horreur passée en revue

janvier 2006 | Le Matricule des Anges n°69 | par Thierry Guichard

Quasimodo explore les atrocités des guerres à travers le prisme du corps. Dénonciatrice, la revue pratique l’autopsie précise de nos rêves d’humanisme.

Quasimodo N°8 (corps en guerre 1)

Quasimodo N°9 (corps en guerre 2)

Il devrait être recommandé de ne pas lire les deux volumes de la revue Quasimodo consacrés aux « Corps en guerre » d’une seule traite. Le lecteur boulimique s’exposerait aux cauchemars, à la nausée, et probablement à la paranoïa. C’est que la revue, spécialiste de l’étude du corps dans nos sociétés, ne nous épargne rien des horreurs commises pendant les conflits, anciens ou récents : meurtres, viols, tortures, massacres, génocides. Ni des stratégies, des politiques d’extermination et des pratiques scientifiques qui visent à éliminer, détruire, saccager. Quasimodo n’explore pas seulement l’imagerie populaire du corps de l’ennemi, du soldat, du disparu. Sous la direction de Frédéric Baillette (enseignant dans le civil), la revue multiplie réflexions et informations sur l’utilisation, la négation, l’élimination, la transformation des corps avant pendant ou après une guerre. Appuyées par une iconographie foisonnante due pour une bonne part à la production artistique récente, les contributions abordent l’Histoire, la sociologie, la philosophie, la politique, la psychologie. Et, surtout, l’information. Ce travail, titanesque, devrait être donné en exemple à tous ceux qui veulent faire métier de journaliste, à ceux qui prétendent penser l’influence des médias, à ceux, enfin, qui ne se contentent pas des communiqués ou des silences officiels. Il y a quelque chose de Michaël Moore dans les articles de Frédéric Baillette, la légèreté en moins, l’implacable rigueur en plus. Quasimodo rétablit des vérités que la vulgate avait tendance à oublier. Ou à ignorer…
Documenté en diable, le directeur de la publication propose une énumération des armes utilisées pour détruire, en priorité, les populations civiles et plus souvent les enfants. Armes terribles dans ce qu’elles sont : telles la BLU-28B, la plus grosse bombe conventionnelle, utilisée par les Américains contre les Irakiens et les Talibans : « Conçue pour exploser à un mètre du sol, afin de minimiser l’effet cratère et de maximaliser l’effet de souffle, elle génère une surpression de 50 à 700 tonnes par mètre carré autour du point d’impact ». Armes terribles par ce qu’elles disent de ceux qui les conçoivent et les emploient : l’éreintage de l’Irak, programmé sous Bush 1er, se traduisit par la première guerre d’Irak., tellement plus meurtrière que ce qu’on en a dit, se poursuivit avec l’embargo dont les conséquences étaient prévues par la Defense Intelligence Agency : « Le document envisageait le délabrement attendu de l’état de santé de la population dans les deux, trois mois suivants, déclinant cyniquement, par « ordre décroissant », les « infections les plus probables : diarrhées aiguës (particulièrement chez les enfants) ; maladies respiratoires aiguës (influenza) ; typhoïde, hépatite A (particulièrement chez les enfants) ; rougeole, diphtérie et coqueluche (particulièrement chez les enfants) ; méningite, incluant méningite cérébro-spinale (particulièrement chez les enfants) (…) »
Tuer les enfants, c’est atteindre l’opinion publique. Mais s’il s’agit d’abattre toute résistance chez l’ennemi, il convient de ne pas réveiller les consciences chez soi. Dès lors, la propagande largement diffusée par les médias, visera à légitimer une action militaire présentée comme juste, amicale, humanitaire presque… Laurent Gervereau étudie le rapport que la guerre entretient avec l’image. De la Première Guerre mondiale à la guerre d’Irak en passant par la guerre civile espagnole, son étude débouche sur une certitude : « la guerre de l’information ne cessera pas. » Sur ce registre, Quasimodo excelle à montrer comment les politiques agissent sur les consciences pour créer les conditions de la guerre, du rejet de l’autre, du sacrifice de soi-même.
Impossible de résumer le contenu de ses deux numéros qui pèsent lourd. On invitera le lecteur à lire la contribution de Jean-Yves Le Naour sur la »honte noire«  ; l’étude de Luc Capdevilla et Danièle Voldman sur le sort des cadavres en temps de guerre ; celle sur les corps disparus de la dictature argentine par Martine Lefeuvre-Déotte, les notions de »corps d’exception" proposées par Pierre Tévanian.
Imposants et roboratifs, ces deux numéros ne rendent pas joyeux, mais ils interdisent qu’on dise plus tard : « on ne savait pas. » Leur lecture n’en est que plus nécessaire.

Quasimodo N°8 et N°9, 261 et 236 p., 15 (seulement !) chacun - BP 4157 34092 Montpellier cedex 5 - www.revue-quasimodo.org

L’horreur passée en revue Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°69 , janvier 2006.
LMDA papier n°69
6.50 €
LMDA PDF n°69
4.00 €