La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Le désir et la rage

janvier 2006 | Le Matricule des Anges n°69 | par Thierry Cecille

Trente ans après son assassinat, Pasolini nous parle encore, en poète-prophète, d’une Apocalypse intime et universelle.

Lignes N°18 (Pasolini)

Sur Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975, entre le jour des Saints et le jour des Morts, on retrouve, sur un terrain vague d’Ostie, le corps massacré de Pier Paolo Pasolini. Son assassin, Pino Pelosi dit La Grenouille, âgé de 17 ans, est arrêté au volant de l’Alfa Romeo de sa victime. Commence alors, à partir de ce crime horrible, une longue chronique judiciaire et, pour Pasolini, l’ultime étape d’un destin mouvementé ou la première d’un mythe posthume. Celui qui meurt est, en effet, au moment de sa mort, le symbole même du scandale, le proscrit, l’outsider. Le cinéaste, avec Salò ou les Cent Vingt journées de Sodome, vient de renier (d’ « abjurer » dit-il même) ses films précédents (la Trilogie de la vie) et le journaliste polémiste, intervenant régulièrement dans des éditoriaux pour Il corriere della sera (réunis dans ses Écrits corsaires) affiche des positions réactionnaires, politiquement incorrectes, qui laissent perplexes jusqu’à ses amis les plus fidèles (Moravia par exemple), contre le mouvement étudiant de 68 ou contre l’avortement, et dénonce le danger que représentent à ses yeux la pseudo-libération sexuelle et l’hédonisme généralisé. Trente ans après, nous pouvons nous interroger : que peut-il encore nous dire, puisqu’un écrivain capital, même s’il a voulu avant tout être un contemporain alerté (un « mécontemporain »), parle également pour d’autres temps ? L’actualité éditoriale que nous vaut ce funèbre anniversaire nous permet d’entendre de nouveau cette voix, par-delà les années. Peuvent alors nous guider les deux entreprises, parallèles et complémentaires, que représentent, d’une part la biographie de René de Ceccatty et d’autre part le dernier numéro, dans l’ensemble riche et rigoureux, de Lignes, la revue de Michel Surya.
René de Ceccatty parvient, avec empathie mais aussi avec une certaine distance (à la fois temporelle et idéologique), une sagacité critique, à désembrouiller les fils d’une vie devenue peu à peu légende (et Pasolini parfois y concourut volontairement), à effectuer une remontée aux sources de cette « viœuvre » le terme semble ici adéquat tant l’ensemble de la création pasolinienne peut-être lu (et vu) comme une autobiographie masquée, fragmentée, éclairante et énigmatique à la fois. Nous découvrons ainsi la configuration familiale, aux riches échos symboliques et psychanalytiques : le père, officier fasciste, sombrant peu à peu dans l’alcoolisme et les abords de la folie, objet, pour Pasolini, d’un rejet idéologique mais peut-être aussi d’une fascination sensuelle plus profonde, le frère cadet Guido, résistant au fascisme mais tué par des maquisards titistes en 1945, et la mère, fragile ange gardien (Pasolini vivra à ses côtés toute sa vie) mais aussi Pieta pathétique (elle joue Marie au pied de la Croix dans L’Évangile selon saint Matthieu) souffrant le deuil d’un premier fils et anticipant le massacre du second. La plus grande partie du recueil intitulé Théâtre 1938-1965, composé d’inédits, a été écrite...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°69
6,00 €
LMDA PDF n°69
4,00 €