La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Présence de Gaspar

janvier 2006 | Le Matricule des Anges n°69 | par Richard Blin

Europe N°918 (Lorand Gaspar)

Né en 1925 dans une famille hongroise de Transylvanie, et arrivé en France après s’être évadé du camp de travail où il avait été déporté, Lorand Gaspar y a fait des études de médecine avant d’exercer comme chirurgien à Jérusalem puis à Tunis. Polyglotte, traducteur (D.H. Lawrence, Pilinsky, Rilke, Séféris, Riley), photographe, poète (Le Quatrième État de la matière, 1966 ; Sol absolu, 1972 ; Patmos, 2001), essayiste (Approche de la parole suivi d’Apprentissage, 2004), écrivain à l’âme nomade, Gaspar ne cesse de chercher « la vraie vie présente en toute chose ». C’est à cette expérience poétique et clinique, que s’attachent les contributeurs réunis dans ce numéro d’Europe par Madeleine Renouard, et qui l’inaugure par un long entretien avec le poète. M. del Fiol montre comment L. Gaspar a pensé la question de l’existence en termes de « participation finie à la totalité, dans l’immanence », au fil d’une expérience absolue du monde, vécue dans l’évidence et au sein d’une nature souvent intense et dépouillée. « Le désert n’a jamais été pour moi une figure du néant. De même que le silence, cette nudité me parle. Me parle des nappes profondes de la parole, du fait d’être là ». Michel Ledoux, lui, souligne tout l’intérêt du poète pour Spinoza (qui, à l’inverse de Descartes, ne pouvait concevoir l’esprit sans le corps), et pour les neurosciences qui étudient le fonctionnement de l’ensemble interactif corps-cerveau-affections-réflexion. De la chimie des intensités aux leçons de la lumière en passant par le toucher ou la photo, c’est toute l’intelligence du sensible qui requiert le poète, comme la beauté vivante, qu’analyse aussi James Sacré. Un riche numéro qui, dans la foulée du Cahier seize du Temps qu’il fait (mai 2004) complète l’éclairage d’une œuvre qui est une véritable poétique de la présence.

Europe N° 918, 380 pages, 18,50

Présence de Gaspar Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°69 , janvier 2006.
LMDA papier n°69
6,00 €
LMDA PDF n°69
4,00 €