La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Pas perdus

février 2006 | Le Matricule des Anges n°70 | par Dominique Aussenac

De toutes les locomotives à vapeur, la Pacific 231 est une de celles, notamment en France, qui a suscité le plus d’admiration. Le compositeur Arthur Hoenneger lui a même consacré une symphonie. Benjamin, le jeune héros de ce roman, aime bouger, aime les trains. Il vient de trouver un boulot qui lui permet d’assouvir sa passion. Voyageur de commerce, il vend des encyclopédies sur tout l’Hexagone. Son patron l’aiguille vers un endroit très isolé du centre de la France. Là, le passé plus que refoulé de Benjamin réémerge. Lors de la dernière guerre, c’est dans ce nœud ferroviaire qu’il a fui l’occupant antisémite avec sa mère. C’est ici que son sort s’est joué.
Certains ouvrages donnent l’impression que ce sont les maladresses qui les constituent et qui les rendent sympathiques, intéressants. Un scénario assez étique, des rebondissements que l’on anticipe, une intrigue que l’on résout rapidement, un portrait psychologique du héros des plus sommaires font le charme de cet ouvrage minimaliste fait de non-dits, de silences, parsemés de quelques brumes fantastiques. De furtifs fantômes en pyjamas rayés apparaissent, disparaissent, rendant tout discours sur la Shoa superflu et incongru. Ni dolorisme, ni pathos, seule une charge émotionnelle qui peu à peu s’accumule et éclate sèchement à la fin de l’ouvrage. Un roman presque à l’état brut, le huitième de Bernard Waller. « Mais, pour ne pas attirer l’attention des soldats, c’est sur des lèvres muettes que je lis le cri, ce cri à jamais silencieux, qui jamais n’a cessé de retentir en moi : Benjamin, mon fils ! »

Pacific 231 de Bernard Waller
Anatolia/Le Rocher, 135 pages, 17,90

Pas perdus Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°70 , février 2006.
LMDA papier n°70
6.50 €
LMDA PDF n°70
4.00 €