La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Journées particulières

février 2006 | Le Matricule des Anges n°70 | par Delphine Descaves

En retard pour la guerre

Nous sommes en Israël, au moment de la première guerre d’Irak, durant la période de 1991 où le pays a craint une attaque à l’arme chimique. Constance, la jeune narratrice, juive française, est venue à Jérusalem pour effectuer des recherches sur Flavius Josèphe. Comme la majeure partie des Israéliens, elle attend… Essais de masques à gaz, peur de la guerre, mélange d’incrédulité et d’urgence à vivre : chacun tente de s’accommoder de cette menace, l’image de la mort par le gaz hantant les uns, tandis que d’autres arborent un fatalisme un peu cynique. Valérie Zenatti montre bien, sans jamais céder à la tentation du pathos, l’atmosphère irréelle dans laquelle a été plongé le pays durant ces semaines. Mais la vie continue, s’obstine. Tamar, la meilleure amie de Constance, est sur le point d’accoucher.
La plume légère de Zenatti n’a pas de difficulté à nous faire croire à cette chronique des jours de guerre. On s’identifie vite à la narratrice, on la suit. Peut-être regrette-t-on cependant que cette légèreté de la plume se retourne à certains moments contre son récit ; ainsi, l’histoire d’amour manque un peu de consistance et n’évite pas toujours l’écueil du déjà lu : Constance vit avec Nathanaël une histoire tourmentée, et qui s’achève. La rupture, la fuite de l’héroïne chez sa meilleure amie, le refuge chez un jeune homme charmant rencontré peu avant, et qui a tous les traits d’un second amour : cette partie du roman nous convainc moins.
Cela ne nous empêche pas d’attendre avec curiosité les prochains livres de Valérie Zenatti, dont on connaît par ailleurs les talentueuses traductions qu’elle a faites des ouvrages de A. Appelfeld, et les romans de qualité qu’elle a écrits pour la jeunesse, notamment Quand j’étais soldate.

En retard pour la guerre de Valérie Zenatti
Éditions de l’Olivier, 189 pages, 17,50

Journées particulières Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°70 , février 2006.
LMDA papier n°70
6.50 €
LMDA PDF n°70
4.00 €