La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Légende océanique

février 2006 | Le Matricule des Anges n°70 | par Dominique Aussenac

Six mois après le décès de l’écrivain occitan Bernard Manciet, trois ouvrages publiés uniquement en français apportent quelques petites nuances au portrait en pied de cet imposant Gascon, fervent catholique, roué et provocateur. Jardins perdus convoque dans une superbe galerie des personnages venus d’un passé à jamais enfoui et qui prennent ici figures d’archétypes. Propriétaires terriens, paysans, prêtres, tenanciers de bistrot, gueux, voisins, parents, amis… Beaucoup d’humanité, d’humour et une once de mélancolie caractérisent ce magnifique peuple des Landes, hâbleur, madré. À l’instar de Faulkner sur son territoire imaginaire, Bernard Manciet fut aussi le chantre d’un Triangle des Landes bien réel qu’il décrit ici en historien, économiste, sociologue, folkloriste et poète. La mutation des Landes après la décision de Napoléon III de les planter en pins prend des allures d’épopée. Ce pays sablonneux où circulent les légendes comme les cours d’eau apparaît comme une île très singulière. Le troisième ouvrage, Lettres corses, recueille un jeu de lettres, de correspondance entre Manciet et un jeune auteur occitan, originaire de Nice et trop tôt disparu, Michel Miniussi, à la manière des Lettres portugaises. Qui joua la Mère Supérieure, qui la Sainte Nitouche ? Les deux écrivains jubilent dans le rendu de cette langue incrustée de non-dits, d’allusions, si élégante du XVIIIe siècle. « Dire sans dire, ne dévoiler que le nécessaire, comme un jupon déborde de la robe. Et qui ne connaît l’art religieux des soupirs, des sourires compatissants, des yeux baissés ? Aimer tout compte fait, ne revient jamais qu’à de l’hypocrisie. »

Bernard Manciet Jardins perdus, L’Escampette, 104 pages, 13 et Le Triangle des Landes, Éditions de l’atelier in 8, 250 pages, 30 , Lettres corses de Bernard Manciet/Michel Miniussi, 110 pages, 16 , Les Amis de Michel Miniussi

Légende océanique Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°70 , février 2006.
LMDA papier n°70
6.50 €
LMDA PDF n°70
4.00 €