La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les maux des livres

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Jean Laurenti

C’est toujours avec un mélange de curiosité, de gourmandise et de confiance qu’on aborde la lecture d’un livre qui paraît à l’enseigne prestigieuse de José Corti. En entrant dans la lecture du roman de Jacques Gélat, on accueille la promesse d’une vivifiante aventure de l’esprit : le narrateur, un traducteur reconnu pour la qualité de son travail tourne un jour le dos à son éthique professionnelle. Il introduit, d’abord avec parcimonie (une virgule en lieu et place d’un point-virgule), puis avec de plus en plus de liberté et de désinvolture des éléments personnels dans les textes qu’il traduit. Encouragé par l’écho constamment positif que reçoivent ces transgressions successives elles semblent apporter une plus-value aux livres traduits, il franchit le pas : le traducteur devient lui-même écrivain. Jacques Gélat construit un récit sur les affres de la création littéraire, processus mortifère dont le narrateur ne sortira pas indemne. Disons-le tout nettement, le livre n’est pas à la hauteur de notre attente. Les différentes étapes de ce cheminement s’enchaînent de façon trop mécanique : le caractère fatal du dérèglement d’une vie ne trouve pas sa place dans un récit qui oscille, sans choisir où il va, entre l’option de la sombre parabole et celle de la peinture satirique. Plus problématiques encore sont les faiblesses manifestes de la langue qu’on ne s’attendait pas à rencontrer. On croit d’abord avoir affaire à de simples coquilles syntaxiques et grammaticales, puis leur nombre s’élevant, on songe, amusé, à un texte qui serait affecté, comme en une mise en abyme, par des scories vouées à en gripper la machinerie : « Je me souviens de mon émoi le jour où j’ouvrai (sic) de nouveau ce livre », dit le narrateur que presse de plus en plus le désir d’en finir : « Le livre était là, bien serré entre mes mains, prêt à agonir (sic). »

Le Traducteur de Jacques Gélat
José Corti, 127 pages, 14,50

Les maux des livres Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6.50 €
LMDA PDF n°71
4.00 €