La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Train fantôme

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Dominique Aussenac

Le Jardin de Jeanne

Jeanne, l’héroïne du cinquième roman d’Adeline Yzac est seule dans un wagon et vit très mal son voyage. Pour la deuxième fois de sa vie, elle emprunte un train. Dans ce huis clos, les souvenirs vont progressivement affluer, déstabilisant la sexagénaire qui doit se rendre à la ville pour une histoire d’héritage. Adoptée très jeune par une famille de paysans périgourdins, elle ne veut rien savoir de son passé. Jusqu’à présent, elle est restée accrochée à la terre, à son rythme, à ses travaux. Elle excelle dans l’art du jardinage. Son jardin a des allures de petit Eden et pourtant un œil averti pourrait y découvrir une sorte de mausolée fait de fines tiges, de brindilles. Jeanne, Jeannette est une taiseuse. C’est son corps qui va parler à sa place. Faire parler les corps, surligner les brisures, ravauder les petites et grandes plaies, c’est la tâche qu’Adeline Yzac s’est impartie. À partir d’intrigues minimalistes, elle tisse des mondes oniriques, mélancoliques où les silences disent beaucoup plus que les mots. Conteuse, elle ponctue ici sa narration d’une petite phrase en occitan, sorte de psalmodie qui se transformera progressivement en yiddish, dévoilant le terrible passé de Jeanne, son horrible relation aux trains. « Quelle faute a été commise ? Etre née, seulement être née. »

Le Jardin de Jeanne d’Adeline Yzac
Éditions du Rouergue, 203 pages, 16

Train fantôme Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6,00 €
LMDA PDF n°71
4,00 €