La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue En bref

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72

Europe N°921-922 (Marguerite Duras)

Dix ans après sa disparition, la très controversée Marguerite Duras est de nouveau parmi nous. Si certains critiques soulignent toujours ses travers, sa personnalité, le personnage de « pythie médiatique » qu’elle jouait à la fin de sa vie, d’autres interrogent plutôt son œuvre littéraire et cinématographique. La revue Europe consacre un dossier assez complet et très nuancé, qui met en exergue la « vitalité désespérée » de l’écrivain et explique sous les plumes d’Evelyne Grossman et Emmanuelle Touati que « le masque protecteur d’un ego hypertrophié, cette statue d’elle-même qu’elle édifia de son vivant n’étaient que l’envers de la dépersonnalisation que nécessitait pour elle l’acte d’écrire ». Dans « Duras avant Duras », Claude Burgelin s’intéresse à la place du père, fantôme fuyant, insaisissable, mort lorsqu’elle avait 7 ans, enterré près de sa première femme, niant ainsi la seconde, mère de Marguerite et qui hante toute son œuvre. Laurence Brottier entreprend un parallèle audacieux entre la parole qui s’épuise en vain dans ses livres et la musique qui « touche le tréfonds de l’être » notamment dans ses films. Pascale Toulon et Marie Darrieussecq évoquent joliment leurs rencontres d’adolescentes avec les livres de Duras, les troubles et les engagements qu’ils ont suscités. L’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens parle de la fulgurance du premier texte publié La Douleur, de « la musique immédiate des choses », de sa manière d’écrire, de parler. « C’était quelqu’un de malicieux, il faut le dire : elle aimait rire, elle aimait faire rire et elle aimait qu’on la fasse rire. »

Europe N°921/922, 380 pages, 18,50

En bref
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4.00 €