La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Capital temps

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72 | par Lise Beninca

Chers oiseaux

Cendres et métaux

Ah, la douce vie de bureau… Ces cinq jours durant lesquels on peut se réfugier confortablement « à l’abri de soi-même », dans un nid douillet où chaque heure se ressemble. « Dans l’étendue du paysage de bureau, le besoin d’originalité se perd. On a le droit de rester assis longtemps sans rien représenter de particulier. » Le genre de détails qui donne à Anne Weber l’envie soudaine de s’envoler. En même temps que sa lettre de démission, elle se met à rédiger un chant d’adieu incisif et narquois dédié à ses collègues, ces Chers oiseaux empaillés, à qui l’idée même de liberté semble donner le vertige. Ce premier livre vaillamment mené, elle s’attaque au deuxième, où l’on sera surpris d’apprendre qu’elle s’est volontairement constituée prisonnière dans le bureau paysager de la société Cendres & Métaux. Des remords ? L’espiègle Anne Weber a réclamé à cette entreprise de prothèses dentaires de lui prêter un espace dans ses locaux, dans le seul but d’écrire. Du haut de son perchoir, la voilà scrutant la vie docile des employés qui œuvrent à ses côtés. Joli prétexte pour émettre des hypothèses sur l’évolution du capitalisme, ou passer au crible les codes hiérarchiques. « S’il ne suffit pas de se comporter en directeur pour en être un, ce n’en est pas moins une des conditions initiales. » La logique des raisonnements est poussée jusqu’à l’extrême, faisant exploser petites et grandes vérités. « Qui a de l’argent peut le laisser travailler à sa place, qui n’en a pas doit travailler lui-même. » Quelqu’un se sent concerné ? Anne Weber fait un pied de nez à tous ceux qui occupent leur temps à le transformer en argent, elle qui met un point d’honneur à investir en temps libre le moindre sou récolté.

Chers oiseaux et Cendres & Métaux
de Anne Weber
Seuil, 80 et 128 pages, 10 et 11

Capital temps Par Lise Beninca
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4.00 €