La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Parenthèse enchantée

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72 | par Delphine Descaves

Une femme d’une cinquantaine d’années, la narratrice, s’adresse tout le long du récit à Jeanne, une de ses amies qui vient de mourir. Retrouvant dans une enveloppe que la disparue lui a confiée le début d’un texte sur les journées de mai 68, elle décide de reprendre celui-ci à son compte et de le poursuivre. Elle revient sur ces semaines durant lesquelles Jeanne, alors étudiante, avait eu un coup de foudre pour Louise, jeune professeur d’université. Leur histoire, née durant les journées d’insurrection, avait été brutalement interrompue au début de l’été, dans un accident de voiture qui avait coûté la vie à Louise.
Les heures d’effervescence, décrites en une chronique précise des événements, se mêlent aux débuts de la cristallisation amoureuse, l’exaltation politique avivant l’attente et les intermittences du cœur.
Si les délicieux atermoiements de la rencontre, racontés par le menu, résonnent de façon très juste, la reconstitution du mouvement, elle, est moins convaincante, peinant à éviter l’imagerie, et donnant lieu à quelques considérations politiques assez convenues sur la pauvreté idéologique actuelle, le cynisme des « années fric » et des trahisons mitterrandiennes, etc. Le parallèle avec Nietzsche et Lou Andréas Salomé laisse également le lecteur perplexe. Jeanne, originaire d’Orta, village italien où le philosophe et Lou Andréas se sont connus, s’apprêtait à y mener Louise pour leur premier séjour d’amantes… Cette confrontation de deux époques et de deux histoires d’amour ne débouche pas sur grand-chose. Restent la sincérité du projet et l’ambition de Martine Storti : entreprendre d’écrire le roman de mai 68, ce qui n’a jamais été véritablement tenté. C’est donc la part intime du livre, le miracle amoureux plutôt que le souffle politique, qui convainc le plus.

Trente-deux jours de mai de Martine Storti
Le Bord de l’eau éditions, 198 pages, 17

Parenthèse enchantée Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4.00 €