La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Fugue en renne

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72 | par Thierry Guichard

Il faut accepter le loufoque pour entrer dans le quatrième roman de Julien Bouissoux. Rien, ici, ne tente d’accrocher le réel aux phrases qui brodent une fiction inconcevable. Fantaisie légère, presque transparente tant la ligne claire qui la déroule semble fragile, Une odyssée s’apparente plus à la rêverie qu’à l’épopée. Le narrateur est chargé d’émettre chaque jour des milliers de slogans. Il vit à Besançon où un jour, il croise un renne venu du grand nord. Notre homme emmène le cervidé au restaurant, puis l’héberge chez lui où l’affamé animal dévore tout. Ça ne se fait pas de vivre avec un renne. Surtout s’il est un ogre omnivore. Contraint de quitter son domicile, notre héros et son renne mettent le cap vers la mer. Nous ne sommes là qu’au début d’une longue dérive qui fera franchir l’Atlantique puis tout le continent nord-américain au narrateur. Portée par une prose précautionneuse, l’histoire perd au fil des pages sa pesanteur. Il y a quelque chose de la poésie d’un Prévert dans cet univers suspendu entre enfance et âge adulte, perdu dans le blanc de la page autant que dans celui d’une neige, qui, au final, recouvre tout. Sans être tenu en haleine, le lecteur file au long des deux cents pages du roman comme s’il glissait sur une surface ouatée où émerge parfois une sentence dont les échos lointains laissent imaginer qu’autre chose est dit. Ainsi, lorsque mis en quarantaine dans le navire qui le conduit en Amérique notre héros menacé par des passagers haineux s’en remet à l’autorité du capitaine : « Il convient, dans les temps troublés, de se rattacher à ce qui paraît un peu moins confus même si, parfois, ça porte un uniforme. » Comme les slogans qu’on lui demandait de trouver, l’homme semble avoir atteint sa parfaite désincarnation.
L’odyssée n’est peut-être alors que le récit de sa disparition.

Une odyssée de Julien Bouissoux
L’Olivier, 201 pages, 18

Fugue en renne Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4.00 €