La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Marée rouge

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Thierry Cecille

Avec lucidité et parfois aveuglements, Zanaïda Hippius (1869-1945)
témoigne de la fin du tsarisme et l’accession au pouvoir du bolchevisme.

Si l’individu accède parfois à une juste vision rétrospective de sa propre existence, il demeure démuni pour comprendre ce qui, dans le monde où il vit, advient, au-delà de lui : l’Histoire. Pasternak écrit ainsi : « Personne ne fait l’Histoire, on ne la voit pas, pas plus qu’on ne voit l’herbe pousser. » Zinaïda Hippius, dans ce volumineux Journal écrit entre août 1914 et décembre 1919, doit naviguer (seul l’exil, à la fin, lui permettra de ne pas s’y noyer) entre les flux et reflux, tempétueux souvent, de cette période – historique s’il en est – qui voit se succéder la guerre contre l’Allemagne, les deux révolutions (de février puis octobre 1917), l’installation au pouvoir des bolcheviks, la paix « obscène » de Brest-Litovsk et enfin la guerre civile. Essayiste et poète symboliste, figure-clé de l’intelligentsia, proche de personnalités aussi diverses que Blok, Diaghilev ou Boulgakov, elle est, plus que d’autres, armée pour décrypter et raconter ces événements. Bien entendu son christianisme teinté de mysticisme la sépare d’emblée de ces athées que sont Lénine et ses « bandits », son élitisme la pousse à mépriser « les troupeaux incultes » qui les soutiennent, et il lui échappe à quelques reprises des injures malsonnantes contre le « youpin » Trotski-Bronstein – mais elle parvient à conserver presque toujours une admirable lucidité face à la « démence neigeuse ». Elle peut ainsi rendre compte de l’alternance, fascinante et énigmatique, de moments de brusque rupture et de phases d’indécision, où le temps semble se figer, avant qu’un nouveau sursaut vienne relancer la course folle. Si les bolcheviks sont l’objet de sa haine méprisante puis de son effroi, elle est également une analyste perspicace de la faiblesse du tsarisme ou des erreurs de l’Allemagne, et une portraitiste acerbe, fustigeant la lâcheté, l’immobilisme et même la bêtise de la plupart de ceux qui ne pouvaient donc qu’être vaincus.
Thierry Cecille

Journal sous la Terreur de Zinaïda Hippius - Traduit du russe par M. Gourg, O. Melnik-Ardin et I. Sokologorski Anatolia/Le Rocher, 535 pages, 20

Marée rouge Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73 - 6.50
LMDA PDF n°73 - 4.00