La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Frontières inhumaines

octobre 2006 | Le Matricule des Anges n°77 | par Pierre Hild

En Asie, Wu Tse survit entre les cadavres de ses « frères » d’infortune et la morgue des entrepreneurs. Un monde où le cauchemar d’une nuit n’est que la séquence d’une bande continue que chaque jour déroule : immeubles à démolir, mort à tous les étages, exploitation des corps… En réchapper, c’est fuir, partir vers l’occident. D’un cargo où l’on frôle la noyade à un rivage africain battu par l’anthropophagie et les égarements scientifiques, Trans retrace les tribulations de Wu Tse, émigré perpétuel, figure de l’opprimé contemporain.
Avec ce troisième roman, Pavel Hak poursuit une œuvre cohérente publiée jusqu’ici par les éditions Tristram. Une œuvre effrayante, insoutenable pour certains, la violence étant ici saisie de front. Comme le tir d’un sniper, Hak cloue son lecteur au mur et le mitraille de scènes infernales. Pas de tir aveugle, ici. Pour sculpter cette compression d’horreurs, Pavel Hak développe un texte d’une tension rare, au style sec, au rythme diaboliquement travaillé.
« Les hommes fuyant la misère sont un fléau qu’aucune mesure de sécurité ne peut arrêter. Ils sont des milliers ne possèdent rien. N’ayant rien, ils ne craignent rien ( puisqu’ils n’ont rien à perdre). Et rien ne peut les faire renoncer au rêve de prospérité que la misère a injecté dans leurs têtes. Leurrés déshérités : transformés en matière première dont on peut faire un bizness plus lucratif que le trafic d’armes. » Trans, c’est bien sûr l’homme en transit. C’est le monde tel qu’il se transforme. Un monde pris d’une transe inhumaine. Et l’amour ? Vous verrez par vous-mêmes.

Pierre Hild

Trans de Pavel Hak
Seuil, « Fiction & Cie », 192 p., 15,90

Frontières inhumaines Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°77 , octobre 2006.
LMDA papier n°77
6.50 €
LMDA PDF n°77
4.00 €