La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Ego abracadabrantesque

octobre 2006 | Le Matricule des Anges n°77 | par Jérôme Goude

Avec ce roman curieux, le monologue d’un original obnubilé par le « génie génétique », Alexandre Potemkine insinue sourires fugaces et malaise diffus.

Sommes-nous en présence d’un énième roman égotiste dont la floraison un rien exubérante confine parfois à l’écœurement ? D’une insipide psychobiographie hygiénique ? Absolument pas. Non seulement Moi échappe au genre en s’y référant de façon ironique, mais il embrasse une étendue autrement plus complexe, indéfinie, « cosmique » même !
Moi, première traduction française d’une œuvre du romancier russe Alexandre Potemkine, met en scène d’une manière tout à fait originale le Verbe délié mais ouvertement dédaigneux d’un nommé Vassili Karamanov. Orphelin d’un père homicide et d’une mère toxicomane, Karamanov est interné en tant que « petit délinquant de onze ans » à la colonie pénitentiaire de Nedrigaïlov. Trait sarcastique qui n’est pas sans rappeler les aberrations inhérentes à un rapport récent de l’Inserm concernant l’« héritabilité génétique » des troubles comportementaux de l’enfant. « Homme du sous-sol » résolument dostoïevskien, misanthrope et stakhanoviste, Karamanov clame sa non-appartenance à l’espèce humaine : « Non, je ne suis pas un homme, non, je n’ai rien de commun avec les êtres qui m’entourent. Oui, je dois me chercher moi-même dans le non-humain, dans une autre hypostase. Là où il n’y a pas, où il ne saurait y avoir de place pour les souffrances qui, depuis toujours, sont mon lot quotidien. »
Las des petites cruautés de l’homo sapiens, de la conspiration et des limites intrinsèques au « savoir humain », affligé par le « déficit de raison », l’Apostat Karamanov est intimement persuadé que l’ère nouvelle et lui-même appartiennent à l’homo cosmicus. Lequel désigne le futur produit d’une mutation génétique, un être « capable de percer les secrets de l’Univers, non seulement par l’entendement, mais en se déplaçant librement dans l’immensité de l’espace intersidéral. » En dépit de l’indubitable génie humain que soulignent les énumérations ironiques de noms illustres, le Poutivlien (de Poutivl, berceau géographique de l’homo cosmicus) doit s’imposer aux dépens de l’homme de Cro-Magnon, race sénescente mais inusable. Lors, peut-on, à l’instar des Particules élémentaires de M. Houellebecq, lire Moi comme un roman d’anticipation ? Faut-il se soumettre au péril d’une possible poutivlinisation ?
Irrésistiblement obsédé par l’étude des gènes, notre personnage dispose d’un génotype pour le moins bigarré : gène du Faust goethéen, gène du très freudien président Schreber, gène de Peredonov l’antihéros d’Un démon de petite envergure de Sologoub, gène du Zarathoustra nietzschéen, etc. À travers le prisme de la remémoration, des rêves et des élucubrations scientifiques de ce personnage hybride et tragicomique, pourvu d’un imaginaire à la fois fantasque et un brin fanatique, Alexandre Potemkine offre le tableau d’une Russie postsoviétique menacée par la musique pop, rongée par la « frénésie de consommation », envoûtée par la « chiquerie ». De même, à rebours, il prévient contre l’avènement d’une société uniformisée, hantée par le négatif de la douleur et la peur de la mort. Il instille pertinence de l’humour et inquiétante étrangeté : « Car s’il fallait changer l’homme, c’était sur le plan génétique, et non pas spirituel ou social. En effet, qu’était-ce qu’une intelligence supérieure sinon un simple excès d’acide urique dans l’organisme ? » Partant faut-il aborder Moi sous l’angle exclusif de la parodie ? Ou bien est-ce une farce métaphysique impliquant une satire sociale et une critique de toute systématisation intellectuelle ?
Au terme de ce roman, l’interprétation d’un rêve, un procès résolument kafkaïen, son verdict, apporteront peut-être une réponse…

Moi
Alexandre
Potemkine
Traduit du russe
par Mireille
Broudeur-Kogan
Hachette
Littératures
268 pages, 22

Ego abracadabrantesque Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°77 , octobre 2006.
LMDA papier n°77
6.50 €
LMDA PDF n°77
4.00 €