La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le reste à vivre

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Laurence Cazaux

Un homme en faillite

Un homme croule sous les dettes. Sa femme le quitte. Un mandataire liquidateur vient le déposséder de tous ses biens. Hormis les biens nécessaires à la vie courante. « Le lit. La table. La chaise. Le radiateur électrique. Le réfrigérateur. Ce qu’il y a dedans. De quoi cuire ce qu’il y a dedans. De quoi manger ce qu’il y a dedans. Et vos frusques. Voilà. C’est ce qui s’appelle « le reste à vivre ». Je n’y touche pas. (…) Comment vous reconstruisez, comment vous poursuivez votre existence avec, pour ça vous avez : vos mains… vos bras… vos jambes… vos pieds… votre tête… votre force… votre raison… votre imagination… votre volonté… votre libre arbitre… votre endurance… votre résistance… votre génie… Je n’y touche pas non plus. »
L’homme se met à lire un livre, L’homme qui rétrécit, dont le héros, le Shrink, perd trois millimètres par jour. L’homme va s’identifier au personnage du livre. Il en fait même une révolution de vie. Ainsi lorsque le Shrink haut de deux centimètres a faim, c’est un véritable combat pour lui d’ouvrir le frigidaire. Pour l’homme, c’est aussi un rude coup porté au consumérisme, car s’il coûtait autant à tous d’ouvrir la porte du frigidaire, on l’ouvrirait moins souvent et cela pourrait inverser l’orientation dominante du marché.
Pour David Lescot : « Je vois dans cette « faillite civile » une irrésistible machine de théâtre, qui ne demande qu’à être mise en drame, parce qu’elle se situe à la jonction d’une réalité sociale et d’un imaginaire intime, et qu’elle invite à observer le monde comme seul peut le faire le théâtre : avec étonnement et incrédulité. Je voudrais faire mienne cette formule de Günther Anders, grand commentateur de Kafka : « altérer afin de constater », à savoir déformer un peu, très légèrement, la réalité, pour découvrir comment elle fonctionne vraiment. »
Dans notre société de surconsommation et donc de surendettement, le décalage dont parle David Lescot permet d’imaginer avec humour un univers où l’homme, privé de ses possessions matérielles, entrerait en résistance. À la fin de la pièce, le Shrink, haut de quelques microns, prend un temps infini pour déchiffrer chaque lettre du livre. Il commence bien évidemment à voyager sur le A.

Un homme en faillite de David Lescot, Actes Sud-Papiers, 56 pages, 8,50

Le reste à vivre Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6.50 €
LMDA PDF n°80
4.00 €