La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le goût des mots

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Laurence Cazaux

Plat de résistance

Voilà un texte qui fait du bien aux oreilles et aux papilles. Il est écrit pour quatre comédiens sur scène. Quatre de la même fratrie, qui vont pendant toute la pièce cuisiner en direct un plat « retrouvé de l’enfance ». En même temps, ils vont jouer à être des personnages (un professeur, son assistante…) pour se raconter intimement à travers leur rapport à la nourriture. Car, nous préviennent-ils, manger est un fait complexe, qui oblige à aller voir ailleurs, du côté des émotions. Nous sommes ce que nous mangeons et comment nous le mangeons, et entre l’anorexique et le boulimique, la palette de l’humain est immense.
Plat de résistance est une pièce toute en sensualité, une ode à la vie. Dans notre monde où tout devient immatériel, Jean-Yves Picq nous invite à nous raccrocher à la matière. Les cuisiniers, les vrais de vrais seraient finalement « les derniers grands prêtres de ce fichu monde à en connaître la vérité et la beauté dans le détail »… Et de citer tout un panel de saveurs, de sensations : le sucré, le salé, l’acide, l’amer, le froid, le chaud, le plein, le coulant, le charnu, le maigre, le gluant, le velouté, l’aqueux, le crémeux, le sablé, le feuilleté, le brûlant, l’astringent, le piquant, le mordant, le croquant, le croustillant, le feutré… Toutes ces saveurs sonnent comme un appel à redonner le goût des mots à partager.
Le théâtre et la cuisine ont beaucoup en commun, le plaisir de la bouche, des mots ou des mets, un invité à recevoir, le rituel de la préparation d’un repas, d’un texte, d’un spectacle, les sens à titiller… La proposition au final est toute simple : dans notre monde tout cassé et ballotté, peut-être qu’en prenant simplement le temps de partager des mots et des mets bien préparés, on deviendrait comme le Petit Poucet qui retrouverait un bout du chemin pour goûter au monde, avec juste un petit caillou dans la main.

Plat de résistance de Jean-Yves Picq, Lansman, 46 pages, 8

Le goût des mots Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6,00 €
LMDA PDF n°80
4,00 €