La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Philo-balades

mars 2007 | Le Matricule des Anges n°81 | par Laurence Cazaux

Miche et Drate : paroles blanches

Gérard Chevrolet présente vingt-quatre très courtes séquences, qui tiennent toutes sur une ou deux pages et mettent en jeu deux personnages, Miche et Drate. Il y a un côté bande dessinée dans la proposition. En effet, la mise en page est réalisée de telle façon que chaque scène peut être embrassée d’un seul regard. On pense aux aventures de Boule et Bill ou autres héros pour la jeunesse. Ici, Miche est le rond, l’harmonie, la pensée, Drate, le carré, l’instinct. Ce sont deux petits personnages, sans sexe défini, deux clowns peut-être, avec leur enfance à fleur de peau, ou les deux parties du cerveau qui, selon l’auteur, dialoguent au bord du monde. Miche et Drate vont d’ailleurs se confronter au monde en se posant toutes sortes de questions et en expérimentant vingt-quatre situations différentes. Ils vont ainsi s’interroger sur la peur, la mort, la conscience, ils vont inventer la recette de l’amour, sculpter l’invisible, s’offrir le monde en anniversaire, faire exister l’invisible (" Miche tient quelque chose dans la main, et marche avec précaution. Drate entre et observe Miche un moment./ Qu’est ce que c’est ?/ C’est… un petit tas de choses./ Montre./ Non./ Quel genre de choses ?/ Chacun pense comme il veut Drate/ Montre maintenant, Miche ! Mais… y’a rien…/ Qu’est-ce que tu fais ?/ Je regarde une flaque de choses et je vais sauter dedans./ Je peux sauter avec toi ?/ Oui.)… Il y a beaucoup de délicatesse dans ces propositions. Les situations dans lesquelles sont placés les deux protagonistes sont toutes des premières fois, le regard de Miche et Drate est donc forcément neuf, tout en découverte, en invention, en étonnement. Gérard Chevrolet amène également beaucoup de fantaisie, proche par moments d’un Claude Ponti. Le texte recèle de la tendresse en pagaille. L’univers est doux, ludique et sérieux à la fois. Ces courtes séquences fonctionnent comme une épure. Comme une promenade philosophique pour petits hommes à partir de huit ans.

Miche et Drate, paroles blanches de Gérard Chevrolet, Éditions Théâtrales jeunesse, 62 pages, 7

Philo-balades Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°81 , mars 2007.
LMDA papier n°81
6.50 €
LMDA PDF n°81
4.00 €