La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Périphérie intérieure

juillet 2007 | Le Matricule des Anges n°85 | par Delphine Descaves

Le narrateur, un sans-abri, squatte une petite maison jaune, située sur une île de la banlieue parisienne ; maison qui pourrait être ici ou ailleurs, tant son locataire entretient avec le monde extérieur un lien étrange, plus rêvé que réel. Les Mouche, voisins improbables sur lesquels le narrateur se perd en conjectures et qu’il voit apparaître dans des visions semi-conscientes, tout comme le SDF, homme sec qui se propose de cohabiter avec lui, existent-ils vraiment ou sont-ils les pures créations de son cerveau ? Dans ces pages dépressives on avance à tâtons, sans toujours tout comprendre, intrigué. Clos sur lui-même, égaré par moments, le texte est plutôt anxiogène dans son ressassement tortueux, zébré de récits oniriques quasi surréalistes et traversé d’éclairs de lucidité, comme dans ce passage où le narrateur relève le sol de sa maison et s’absorbe dans cette tâche physique, « oubliés les rêves éphémères, les écritures inutiles, épuisantes, vaines, les fantaisies délétères. Le sol, rien que le sol, le terre à terre, du solide, du sérieux… » C’est justement cela le problème, sortir d’une solitude dont on ne sait plus si elle est choisie ou absolument subie. J’entre enfin fait partager aux lecteurs cet enfermement en soi, cette interrogation que chacun peut porter sur la consistance de ses jours, ce flottement que Francis Bérezné restitue au détour d’une promenade : « Hier après m’être engagé le long d’une berge, je me suis soudain retrouvé à cheminer sur l’autre. Ai-je dormi entre les deux, ai-je rêvé ? Etait-ce seulement une distraction ? La vue du fleuve m’a soudainement rendu au monde, mais les reflets dans son eau, en déchirant le paysage, m’ont brisé l’âme, m’ont courbé, assommé, échiné. »

J’entre enfin de Francis Bérezné
La Chambre d’échos, 92 pages, 13

Périphérie intérieure Par Delphine Descaves
Le Matricule des Anges n°85 , juillet 2007.
LMDA papier n°85
6,00 €
LMDA PDF n°85
4,00 €