La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse La grande disparition

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Malika Person

La Danoise Janne Teller dissèque les tourments existentiels d’un groupe d’adolescents jusqu’à l’inénarrable. Vertigineux.

Nul ne se douterait à la lecture des premiers chapitres de ce roman pour grands adolescents que l’auteur irait loin dans l’insoutenable. Le commencement de l’histoire admettrait même la comparaison d’une situation fantaisiste à la manière du Baron perché d’Italo Calvino. Pierre Anthon, un adolescent de 15 ans, se réfugie tel Come Laverse du Rondeau dans un arbre (ici un prunier), bien décidé à ne plus en descendre, s’éloignant ainsi des contraintes de la vie sociale, voire de la vie tout court.
Janne Teller engage son histoire sur la voie d’un conte philosophique en travaillant son texte dans une progression métronomique, au tempo d’abord lent, montant graduellement jusqu’à l’extrême limite. Ainsi le roman s’apparente-t-il à une partition minutée, où l’on retrouve dans 24 courts chapitres sur 26, une ligne composée de trois mots, séparés par des virgules, marquant à chaque fois un crescendo : « Peur, très peur, encore plus peur (…) Nul, néant, négatif », insufflant, par-delà un effet de curiosité, un sentiment de malaise sans cesse grandissant.
C’est Agnès, une des camarades de classe de Pierre Anthon qui relate les faits dont elle a été elle-même une des protagonistes. « Pierre Anthon a quitté l’école le jour où il a découvert que rien ne valait la peine d’être fait puisque de toute façon, rien n’avait de sens. »
En 136 pages, Janne Teller engage ses personnages dans une véritable réflexion sur le sens de la vie. Les élèves de la classe prouveront par tous les moyens à Pierre Anthon qu’il a tort. La signification existe bel et bien et leur vie vaut la peine d’être vécue : « en ce qui nous concernait, on allait devenir quelque chose, quelqu’un. » Dans une scierie désaffectée, ils entassent des objets. Le tas prend bientôt de l’ampleur, il devient vite « le mont de signification ». Les jeunes gens vont jusqu’à fouiller dans leur vie intime, menant sans faiblir, au prix de leur intégrité, leur folle entreprise. La surenchère gagne petit à petit les esprits, chacun demandant à l’autre de se surpasser… jusqu’à l’irréparable. « Je vais vous dénoncer a répondu Jan-Johan./ Silence./ Tu ne vas pas nous dénoncer, a rétorqué Sofie froidement, mais ça ne l’a pas découragé./ (…) Jan-Johan voulait cafter et dire que l’histoire qu’on avait inventée, et qu’il devait raconter à ses parents était un mensonge. Qu’il n’était pas vrai qu’il avait trouvé le couteau de son père, et qu’il s’était coupé le doigt en essayant de le retirer du poteau dans lequel il était planté. » Par ces actes irréversibles (doigt tranché, viol,…), l’auteur explore minutieusement le versant obscur de chacun des adolescents, mettant en lumière leurs fragilités, leurs peurs, l’influence du groupe, la perte de l’influence familiale, la perte des valeurs, l’insignifiance du symbolique… pour finir par les renvoyer à leur mal-être, à la difficulté d’être soi et de s’imposer ses propres limites.
La confession d’Agnès ne laisse place à aucune condescendance envers des personnages qui révèlent petit à petit leur part sombre, ni envers elle-même, qui doute sans cesse de ses capacités à résister à l’innommable, ne laissant ainsi aucune prise au lecteur, aucune possibilité de complicité avec les personnages.
Dans Rien, Janne Teller excelle à conserver le suspense dramatique jusqu’aux dernières pages de ce roman à la fois dur, implacable et néanmoins émouvant. Du grand art.

Rien
Janne Teller
Traduit du danois par Laurence
W. O. Larsen
Panama
136 pages, 12,50

La grande disparition Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €